Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Patrice Talon : Ces deux réformes qu’il projette dans les Universités

Patrice Talon : Ces deux réformes qu’il projette dans les Universités

Bientôt révolu le temps où les enseignants d’université sont tout-puissants et incontrôlés ? Il faut bien s’y attendre en cas de victoire du duo Talon-Talata au soir du 11 avril prochain. C’est en tout cas l’annonce faite par le chantre de la Rupture, vendredi 26 mars lors du lancement de la campagne électorale au Palais des congrès de Cotonou, quitte à faire des mécontents.

Par Sêmèvo Bonaventure AGBON

On le sait désormais avec assurance : jamais Talon ne guérira de ce franc-parler assumé qu’on lui connaît. Aux ‘’dieux’’ enseignants du Supérieur, il nourrit un projet qu’il aurait pu dissimuler et sortir au moment opportun. De quoi s’agit-il ? Les faire inspecter désormais comme leurs homologues De l’enseignement Secondaire. Surréaliste pour le public composé d’enseignants et d’étudiants qui ne réagissent pas spontanément, histoire de mieux comprendre d’abord.

Déchiffrant cette atmosphère de silence, Talon su d’office qu’il lui faudra expliquer, s’expliquer. Régnant en maître sur le podium, chapeau noir griffé ‘’PT’’ (initiales de ses noms) sur la tête, micro solidement tenu, l’homme du 6 avril 2016 candidat à sa propre succession, entame de défendre son projet. On se croirait à une soutenance devant le jury.  « Pour ce qui concerne l’université générale, la connaissance générale, nous allons améliorer vos conditions de vie mais nous allons également challenger mieux vos enseignants pour vous donner plus de compétences, plus de connaissances », débute-t-il. Et pour cause, justifie-t-il, « l’Enseignement supérieur n’est pas challengé », « les enseignants du Supérieur pour un grand nombre, sont laxistes, beaucoup sont mal formés eux-mêmes ». Ah bon ? « oui ! J’assume ! » persiste-t-il. Le diagnostic exprimé ainsi crûment, peut frustrer d’autant qu’il compte parmi ses soutiens fous, d’émérites professeurs et docteurs. Cela, il le sait : « je m’excuse auprès des enseignants du Supérieur qui sont dans la salle », dit-il. C’est alors que le public se réveille. Applaudissements et sons de trompette emplissent la vaste salle du Palais des congrès.

A Talon de continuer son argumentaire. « Beaucoup [des enseignants, ndlr] sont mal formés eux-mêmes et beaucoup font peu d’efforts. Nous allons instaurer au niveau de l’Enseignement supérieur un dispositif de contrôle. Aujourd’hui, on peut inspecter les enseignants du Secondaire. Nous avons décidé de réhabiliter le Corps des inspecteurs, leur donner plus de moyens pour qu’ils vérifient bien ce que font les enseignants du secondaire. Nous allons l’instaurer également dans l’Enseignement supérieur. Ça paraît une blague mais nous sommes en train de le faire déjà. Ce sera une réalité ! » Prévient-il. Toutefois, il ne s’agira pas d’une réforme de brimade ; elle sera concrétisée dans la concertation avec les concernés. «  Nous allons les rencontrer bientôt dans un séminaire si nous sommes élus, pour leur présenter notre ambition de mettre en place ce dispositif pour les challenger. Ils vont donner leurs avis, nous allons convenir ensemble du modèle par lequel on mettra en place un dispositif de contrôle de présence, d’assiduité, de contenu », promet Patrice Talon. « Une fois qu’on s’est entendu sur les curricula de formation, après il faut qu’on s’assure que chacun a délivré sa formation exactement comme c’est prévu dans les curricula arrêtés », soutient-il. « Aujourd’hui, personne ne le fait, presque personne ne le fait », déplore-t-il ensuite.

Dispositif de qualification complémentaire

Autre nouveauté que le duo Talon-Talata ne cache pas, c’est d’ « instaurer un dispositif de qualification complémentaire par rapport au Cames ». Autrement, explique-t-il, l’Etat ne déploiera plus « les enseignants du supérieur juste parce qu’ils ont franchi, ils ont les sésames du Cames [Conseil africain et malgache de l’Enseignement supérieur, ndlr]. » Les étudiants interviendront dans « le dispositif d’appréciation des enseignants. C’est prévu… » Poursuit-il, pendant que le public lui sert cris et applaudissements.

Déjà sur la toile, ça murmure. Ces propos de Patrice Talon passent mal.

One thought on “Patrice Talon : Ces deux réformes qu’il projette dans les Universités

  1. JE SUIS ENSEIGNANT DU SUPÉRIEUR À LA RETAITE, OFFICIELLEMENT.
    CE MONSIEUR EST UNE BÉNÉDICTION POUR NÔTRE PAYS. IL FAUT L’AIDER ET SURTOUT LE PROTÉGER DE SES ANCIENS AMIS ET COMPLICES DEVENUS SES PIRES DÉTRACTEURS.
    ALI BABA A DIT : ÇA SUFFIT.
    LES QUARANTE….. DISENT, NON. NOUS ON VEUT CONTINUER À ABUSER DU PETIT PEUPLE BÉNINOIS IGNORANT ET MAL INFORMÉ.
    COURAGE, TALON-TALATA!

Laisser un commentaire

Top