Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Périodes de fin d’année : Le virage de tous les excès

Périodes de fin d’année : Le virage de tous les excès

Dernier virage pour qu’accoste une nouvelle année, le mois de décembre enregistre beaucoup d’actes et de faits peu ordinaires. Quête de sécurité spirituelle et démesure parsèment le quotidien des populations. Chaînes de télévisions ou de radios débordent de publicités pour spiritualistes ou traditionalistes. Pourquoi décembre porte autant de passions ?

Par Sêmèvo Bonaventure AGBON

Abomey-Calavi, Kpota. Sur la ruelle qui mène vers l’église Catholique Bakhita, impossible de passer sans découvrir le grand Tolègba qui règne. Son appartement est un royaume où des sacrifices ne tarissent jamais. Surtout en décembre, le rythme des Vô (sacrifices propitiatoires) est si accéléré qu’ils forment une montagne autour de lui. Pagnes noirs, rouges ou blancs, calebasses… tout décore l’enceinte. Ailleurs, même ambiance sur les carrefours.

Ailleurs, du côté des chrétiens, ce sont surtout les géantes affiches conviant « tout le monde » à des nuits de « guérison »  ou encore de « libération totale », qui foisonnent. Pourquoi le mois de décembre suscite tant de passions voire de licence ? Commerçante, Maman Yano se défend : « 365 jours, c’est beaucoup. Donc si tu as la chance de voir la fin d’année et tu entres dans une nouvelle, il faut manifester ta joie ». Conception similaire chez Aubin, conducteur de taxi moto (zémidjan) même s’il ajoute qu’il faut être modéré. « Beaucoup de personnes sont mortes au cours de l’année. Si le sort t’a épargné toi, pourquoi ne pas être content ? »

Cependant, les excès et déviances observés les derniers jours de l’année finissante sont loin d’être une simple expression de joie. Il y a un facteur qui échappe à nombre de personnes. C’est ce que nous apprend un spiritualiste. « Le mois de décembre est un mois particulier de bilan et de projection. Cette particularité commence déjà le 21 septembre », répond Hermann Lobotoé, spiritualiste, kabbaliste et numérologue. A partir de cette date, « les vibrations du ‘’Christ de la nouvelle année’’ entrent en contact avec l’atmosphère de la terre. Et tous les jours, à partir du 21 septembre jusqu’au 24 décembre, cette énergie augmente ». Ce qui fait, a-t-il renseigné, que « celui qui aime boire va boire davantage, de même que celui qui aime fumer va exagérer, la luxure va flamber, les excès de vitesse seront perlés sur les routes ». La cause, ces personnes, faute de connaissances, ne sont pas capables d’intérioriser ladite énergie pour l’utiliser autrement. « Cette vibration amplifie le vice que vous avez autant que vos qualités. Mais puisque les gens sont ignorants, c’est beaucoup plus l’aspect négatif qui se trouve amplifié », résumé Hermann Lobotoé.

Profitant donc de cette ignorance, des tradi-praticiens vont passer sur les chaînes de radio ou de télévision pour proposer beaucoup de choses : savons pour ceci, parfum pour cela, rappelle le spiritualiste. Et même s’il pense qu’au-delà de ce tapage médiatique,  « Tout çà constitue des supports pour apporter un début de solution aux acquéreurs contre le trop plein d’énergie », ce n’est pas là la solution. « Pour réellement bénéficier de cette vibration, chacun doit faire un travail intérieur sur lui-même. Jésus a laissé deux lois : aimer Dieu et aimer son prochain. Mais les humains sont incapables d’intérioriser ces deux lois et de les manifester », a-t-il fait observer.

Sécurité spirituelle… !

Edmond Agbassè, plus connu sous le nom de Bokonon Kpéyi. Le mois de décembre est, à ses dires, celui où des esprits mauvais, des forces occultes cherchent le plus à faire des victimes. Il donne alors à la traversée du mois de décembre vers une nouvelle année, la métaphore d’un voyage à hauts risques :

« Comme dans notre quotidien où on projette de tuer des moutons pour fêter la nouvelle année, c’est pareil dans les assemblées occultes et maléfiques. On fait obligation à des membres de livrer des Êtres (chers) en sacrifice. Donc pendant cette période, beaucoup de morts provoqués se produisent. Même des ‘’’revenants’’ viennent acheter dans les marchés ou cohabiter physiquement avec les humains qu’ils cherchent à emporter dans leur monde (ad patres) ».

C’est pourquoi pour ne pas être disparaître dans cette atmosphère infecté, Bokonon Kpéyi soutient qu’il faut consulter pour la nouvelle année (‘’xwéfâ’’). Le Fâ va alors révéler à l’intéressé les obstacles qui se profilent, les sacrifices à consentir pour entrer indemne dans la nouvelle année et y rester dans le bonheur, le bonheur pour ses affaires et sa famille.

Le grand problème, la peur !

Par ailleurs, renseigne Kpéyi, il arrive que les mauvais actes posés au cours de l’année réclament des comptes surtout à l’approche des fêtes de fin d’année. Pour cela, dit-il, le sacrifice appelé ‘’wxéɖiô’’ est recommandé. « C’est un rituel qui vous purifie, qui vous épargne les collusions de morts dans l’année à venir, conjure les mauvais sorts et les échecs ». Cela justifie, explique-t-il, la flambée des sacrifices autour des intersections de voies.

Le spiritualiste Hermann Lobotoé analyse autrement la situation. Pour lui, tout se résume à la peur. « C’est la peur qui amène les gens vers les pratiquants spirituels, que ce soit la spiritualité moderne ou celle endogène ». Mais peur de quoi ? « C’est la peur de la mort », a-t-il répondu sans ambages. Il va poursuivre que « Personne ne tue personne. Il y a des gens qui ne font ni gris-gris, qui ne vont même pas à l’Eglise, mais qui se portent toujours bien. Il est dit « Ce que tu fais te fais, ce que tu penses te pense, ce que tu dis te dit », a-t-il argumenté avant de déplorer un grand problème d’ignorance chez les hommes.

Connaissance de soi

« Cette peur a pour cause l’ignorance. C’est le plus grand problème de l’humanité. Celui qui a la connaissance donne des ordres aux quatre éléments principaux (air, feu, eau, terre) et ils exécutent ». Tel est l’ultime diagnostic de Hermann Lobotoé. Il recommande alors que chacun fasse un travail permanent d’amélioration, de perfection. « Plus vous travaillez sur vos traits de caractères négatifs, plus vous êtes connectés à l’Univers infini et vous êtes protégés. Quand vous êtes lumineux vous devenez impénétrable à toute négativité », a-t-il assuré. La connaissance de soi devrait être la plus grande quête des humains, a-t-il retenu. « Car, qui mieux se connait, mieux se comporte et qui mieux se comporte mieux vit. Nous avons à travailler sur nos caractères négatifs ».

Le mois de décembre, quoiqu’on dise, réveille des forces et des envies. Le recours au divin pour se protéger s’affiche. Prudence pour ne pas contracter des alliances maléfiques ou se faire ronger par des tradi-praticiens véreux obnubilés de faire de bonnes affaires.

Laisser un commentaire

Top