Vous êtes ici
Accueil > Société > Piraterie des installations de la Soneb : Les faussaires prennent quatre ans de prison

Piraterie des installations de la Soneb : Les faussaires prennent quatre ans de prison

Les services d’inspection avec l’appui de  la brigade de contrôle de la Société nationale des eaux du Bénin (Soneb) ont démantelé il y a quelques jours, dans les quartiers Ladji, Gbèdjromèdé, Vossa, Sainte Cécile et Ahouansori situés au niveau de la berge lagunaire de Cotonou, un vaste réseau de fraudes et de piraterie sur les installations d’eau potable, lesquelles alimentaient en parallèle un important trafic illégal de vente d’eau aux populations de ces quartiers. Les premières investigations ont permis de mettre la main sur les auteurs. 

Par A. DANNOU

En effet, dans le cadre de la gestion optimale de son système d’Alimentation en Eau Potable (AEP) et face aux plaintes récurrentes des populations dénonçant les baisses de pression et le manque d’eau au robinet dans certaines localités de la ville de Cotonou, la Direction Générale de la SONEB a initié depuis quelques semaines, une vaste opération d’inspection de ses réseaux d’eau potable dans la ville. Des missions de vérification et des brigades de contrôles ont ainsi été diligentées afin d’auditer de façon exhaustive les réseaux complexes du système d’AEP de l’entreprise. C’est ainsi qu’à la faveur des descentes coordonnées opérées sur le terrain par différentes équipes de la SONEB, il a été démantelé dans les quartiers Ladji, Gbèdjromèdé, Vossa, Sainte Cécile et Ahouansori, un impressionnant réseau parallèle de branchements frauduleux exécutés par des promoteurs de vente illicite d’eau aux habitants desdits quartiers.

Les vérifications des consommations des clients revendeurs d’eau sur les branchements qui les alimentent, ont révélé l’existence de raccordements illégaux et des manœuvres frauduleuses sur des compteurs de la Soneb. Le système de fraudes, assez ingénieux et ahurissant, consistait à réaliser des piquages directs sans compteur sur les conduites de distribution de la soneb et autres manipulations des compteurs d’eau installées par la soneb sur leurs branchements. Le réseau illégal ainsi découvert est estimé à plusieurs de kilomètres de canalisations clandestines disséminés dans les quartiers concernés permettant de siphonner gratuitement l’eau potable, occasionnant non seulement des dysfonctionnements sur ses réseaux mais aussi des manques à gagner importants pour la SONEB chiffrés à plusieurs centaines de millions de Francs CFA.

Il est par exemple apparu que les faussaires ont profité de la proximité du Lac Nokoué, pour tirer des tuyaux dans l’eau, les cachant ainsi à la vue de tous. Grâce à la ténacité des équipes de la SONEB, aidées de la police républicaine saisie de l’affaire, plusieurs membres de la bande de faussaires ont été appréhendés, aux domiciles de qui il a été découvert plusieurs départs de branchements frauduleux, de tanks de stockage de l’eau de la SONEB et de kiosques illégaux de vente d’eau greffés sur le réseau de la SONEB. Il est à signaler que pour mener à bien leurs basses besognes de fraudes, ces contrebandiers d’eau ont eu recours à du matériel non homologués bien distincts de ceux aux normes requises, utilisés par la SONEB, ainsi qu’aux services de tierces personnes techniciens notamment des plombiers à même d’identifier les endroits adéquats où piquer sur le réseau sans se faire prendre.

Ces individus ont été placés en détention et présentés à la justice qui a dit le droit le mercredi 07 octobre dernier, après plusieurs audiences devant la Chambre des Flagrants Délits du Tribunal de Première Instance de Cotonou devant laquelle l’affaire a été portée. Ainsi, ont été condamnés les deux principaux prévenus à 48 mois d’emprisonnement ferme chacun et à 252 millions de FCFA de remboursement au profit de la SONEB.

La SONEB n’entend toutefois pas en rester là et continuera ses investigations sur l’ensemble de ses réseaux d’eau potable. Tout contrevenant à quelque niveau que ce soit sera poursuivi afin de décourager de telles pratiques illicites qui entravent les efforts du Gouvernement qui vise un accès universel à l’eau potable aux populations du Bénin. Affaire à suivre et à craindre donc pour les faussaires d’eau tapis dans nos quartiers.

 

 

Laisser un commentaire

Top