Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Pollution des espaces publics : Sgds-Gn et Ikeass Sarl éduquent les usagers de Cotonou

Pollution des espaces publics : Sgds-Gn et Ikeass Sarl éduquent les usagers de Cotonou

Conscientiser les populations en général, les usagers de la route et les riverains en particulier à ne plus jeter les déchets sur les terres pleins centraux, les trottoirs, la chaussée, dans les caniveaux d’eau pluviale et sur les espaces publics ; c’est le but du lancement de la campagne de sensibilisation organisée vendredi 5 février, par la Pme Ikeass Sarl, l’un des partenaires de la Société de gestion des déchets et la Salubrité du Grand Nokoué (Sgds-Gn).

Par Raymond FALADE

A la manœuvre, Pierre Dossa, activiste environnemental et Haroce Zonon, les deux superviseurs de cette Pme. L’activité a été soutenue par le chef du 10ème arrondissement de Cotonou, Christian Gnindokponou ainsi que le comptable de Ikeass Sarl, Prosper Dossou.

Très tôt ce vendredi 5 février, les agents du désensablement, désherbage et du piquetage de Ikeass Sarl, l’une des Pme partenaire de la Sgds-Gn ont investi le carrefour Vêdoko Sica Toyota à Cotonou. Vêtus de leurs uniformes, affiches et prospectus en mains, ces hommes et femmes défenseurs de l’environnement ont sensibilisé les usagers de la route et les riverains sur les textes du Code de l’hygiène publique, de la Loi-cadre environnement et la Loi sur la gestion des déchets en république du Bénin. « Nous sommes là ce matin, pour éduquer la population à protéger l’environnement et surtout pour distribuer des affiches intitulées : « pollueurs conscients » dont le but est d’amener des usagers à prendre conscience parce que la gestion des déchets ne doit ni mettre en danger la santé humaine, l’économie, ni nuire à l’environnement », a expliqué Pierre Dossa superviseur Sgds-Gn. Procédé choisi : Informer, éduquer et communiquer (Iec). Ce procédé permet à mieux sensibiliser la population.  Selon lui, cette démarche a été utilisée « parce qu’il y a certaines personnes qui ne savent pas lire ». Ainsi, les images inscrites sur les affiches et les sketchs réalisés renseignent davantage les populations sur le message à véhiculer. Sur les affiches et prospectus, nous lisons « Tout dépôt d’immondices ou de détritus sur les trottoirs, chaussées, rues et places publiques est interdit ; les dépôts de ferrailles, vieux véhicules, vieux flûtes, les dépôts d’ordures, d’immondices, de décombres et gravats sont interdits sur les voies publiques ou les terrains clos ou non (article 4 du code de l’hygiène publique) ; quiconque déverse ou jette les sachets en plastiques sur les infrastructures routières, dans les réseaux d’assainissement, dans la mer, les cours et plans d’eau et leurs bords est puni d’une amende de cent mille (100 000) Fcfa (article 13 de la loi portant sur l’interdiction des sachets plastiques) ». Tout ceci accompagné de slogan « Déchets héélouéé, déchet héélouééé ; Bénin, propre, propre… », « ali cougi cougi migbè bo nèvo gbè », « les déchets dans la poubelle, eaux usées dans les puisards » ont rendu cet événement inédit, une technique de sensibilisation extraordinaire qui a permis aux usagers de bien cerner les messages.

Cette activité a séduit le chef du 10ème arrondissement de Cotonou qui a lui aussi avec le comptable de la Pme Ikeass sarl distribué également les prospectus aux usagers. En effet, depuis quelques années le Bénin se métamorphose surtout avec la réalisation de nouvelles infrastructures routières. Malheureusement, l’incivisme de certains concitoyens entache l’image de ces joyaux. Mais puisque « Nul n’est censé ignoré la loi », Christian Gnindokponou a pris l’engagement en tant que responsable politique au niveau du 10ème arrondissement d’accompagner la Sgds-Gn dans la gestion des déchets liquides et solides à travers la sensibilisation sur son territoire. Il a pour cela salué ce que fait le Superviseur Pierre Dossa et la Pme Ikeass sarl, car, dit-il, « on ne peut pas se dire que de notre côté, nous pouvons faire seul ce travail. Il va falloir que des sociétés du genre puissent nous accompagner pour un véritable travail de qualité » a-t-il ajouté.

La Société de gestion des déchets et la Salubrité du Grand Nokoué (Sgds-Gn) en fait assez pour l’assainissement de nos villes a reconnu Prosper Dossou, comptable de Ikeass Sarl. Il ne reste donc que l’accompagnement de la population. Et cela doit passer par un changement de mentalité. « Nous faisons le nettoyage. On essaie de nettoyer le plus profond de nos rues, enlever les sachets. Donc il faut que les citoyens puissent changer un peu de comportement en cessant de jeter les ordures partout. Il faut changer donc notre mentalité par rapport à cela » a-t-il soutenu.

Le superviseur Sgfs-Gn Pierre Dossa, a invité les populations à une prise de conscience. A l’en croire, le rejet des déchets sur des infrastructures routières et sur les espaces publics ne nous profite en rien. « La pauvreté et la dégradation de l’environnement sont étroitement liées parce que la population exploite l’eau, le sol, l’air… Ces derniers étant pollués, la consommation des produits issus de l’agriculture, de la pêche et du dioxyde de carbone entraine diverses maladies. Ce qui amène les ménages à dépenser leur économie qui est destinée pour le commerce et autres usages dans le curage sanitaire. Aussi, un pays pollué n’attire guerre d’investissement, alors qu’il faut plus d’investissement pour créer d’emploi dans le pays » a-t-il expliqué. C’est pourquoi, il a appelé les Béninois à éviter le rejet des déchets dans la nature et de veiller à mettre désormais les déchets dans les poubelles, les eaux usées dans les puisards.

Après les usagers de la route, ces séances de sensibilisation se poursuivront dans les ménages a indiqué l’activiste environnemental Pierre Dossa, Superviseur Sgds-Gn.

Laisser un commentaire

Top