Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Présidentielle 2021 : Fâ contre Fâ, besoin d’arbitrage

Présidentielle 2021 : Fâ contre Fâ, besoin d’arbitrage

L’actuel Chef de l’État Patrice Talon, qui a promis en 2016 un seul mandat, va-t-il faire volte-face et rempiler en 2021 ? Alors qu’au sein des partis politiques la fièvre de la présidentielle de 2021 peine à monter, l’opinion publique est prête à tout pour connaître la réponse du chantre de la Rupture. Mais en attendant, le Fâ situe chacun selon son camp…

Par Raymond FALADE

Que peut révéler le Fâ à un opposant si ce n’est que Patrice Talon respecte sa parole et ne pas se présenter pour un second mandat ? Inversement, les partisans qui recourent au Fâ rassurent le Chef de l’État que sa gouvernance plaît aux ancêtres qui lui recommandent vivement la voie du revirement. Ainsi s’expliquent les différents sons de cloches contradictoires issus du Fâ depuis quelques semaines.
Patrice Talon a toujours promis jusque-là qu’il avisera pour un second mandat. Pressés de connaître sa position ou séduits par son bilan en 4 ans, plusieurs mouvements ont été créés surtout dans le rang des jeunes et le contraignent à opter pour un second mandat. Les gardiens de la tradition quant à eux, ont mis le Fâ à contribution pour mieux savoir ce que nous réserve 2021. Ainsi, de Allada à Ouidah en passant par Abomey-Calavi, le Fâ a été interrogé sur le second mandat de Patrice Talon.
Si le Fâ de Allada et de Ouidah sont favorables au deuxième mandat du successeur de Boni Yayi, celui de l’Uac pense le contraire. En effet, le jeudi 13 août, les prêtres du Fâ et autres détenteurs du savoir endogène se sont retrouvés au domicile privé de Dah Mèhou Rabbi Tan à Allada, pour une séance de consultation sur la candidature du président Patrice Talon en 2021. Ces sages ont décidé de suivre la voie toute tracée par les aïeux pour ne pas tomber dans les pièges des indécis. Cette consultation vise à voir au delà des agitations des uns et des autres, la réalité spirituelle qui se cache derrière la candidature de Patrice Talon en 2021. Au terme de la consultation trois signes sont apparus, Tchè Woli, le signe principal; et deux autres signes secondaires : Toula Yèkou et Yèkou Mèdji.
Trois différents signes qui lèvent toute équivoque et qui donnent carte blanche au président Talon de pouvoir se présenter pour un second mandat en 2021. Dah Mèhou, Rabbi Tan explique que le principal signe Tchè Woli, signifie que le président Talon, objet de cette consultation émet jusqu’à l’heure actuelle des doutes, des hésitations et des imprécisions sur sa candidature ou non à l’élection prochaine. Le signe va plus loin et martèle qu’il y a mille possibilités pour le président Talon d’être candidat si les sacrifices y afférents sont bien faits dans les règles de l’art. Malgré ses doutes, son indécision qu’il manifeste par ses mouvements et ses conduites, le président Patrice Talon peut bien être et sera candidat à sa propre succession. Le Fâ demande à Talon de lever tout simplement ces mirages qui occupent actuellement ses pensées et de savoir que les mânes de nos ancêtres sont d’accord sur sa candidature. Aucune arrière pensée, aucune honte , aucune ambiguïté ne fait obstacle à sa candidature. D’ailleurs, le deuxième signe qu’est Yèkou Mêdji a renforcé cette prédiction et a donné les assurances et les protections nécessaires au président Talon de se présenter sans subir aucune attaque que ce soit de la part de qui que ce soit. ‹‹Quand le soleil apparaît, il projette toujours ses rayons sur les murs››. L’étoile du président Talon brille encore sur le Bénin et tous ceux qui iront contre lui, périront a prévenu le Fâ d’Allada.
En clair Talon est fait chef depuis l’au-delà et donc quiconque veut l’affronter finira par mordre la poussière, a-t-il ajouté. Son symbole est le crocodile et le Fâ est le seul pouvoir capable de l’aider à réussir, d’où la nécessité pour lui de suivre ses prescriptions .
Toula Yèkou a coupé court en martelant que le président Talon a déjà défini tous les contours de sa réélection. ‹‹ L’écureuil a fini de labourer son champ avant la levée du jour››, a expliqué le Fâ.
Ce qui voudra simplement dire que Talon a déjà préparé le terrain pour son second mandat.

Et Ouidah confirme…

Le samedi 15 août, les sages de Ouidah ont fait le même exercice. Mais ici, c’est avant un meeting pour appeler au second mandat le Chef de l’État à l’Institut régional de santé publique (Irsp) de la ville, et devant regrouper les populations de Ouidah, Kpomassè et Tori Bossito.
Sous quel signe Patrice Talon pourra-t-il briguer un second mandat en 2021 sans faille, avec la santé, la longévité et la paix ? C’est l’objectif de cette consultation qui donna le signe ‘’Tchètoula-clèvo”. Suivant les explications du président de l’association des boconons, babalao de Ouidah, Kpomassè, Tori Bossito et environs, Tchoulé Oladjilé Pascal, le ‘’Tchètoula-clèvo” encore appelé ‘’Gbégouda”, est accompagné de signes annexes à savoir, le ‘’Gbétounmila” sur les deux dominos, et le ‘’Goudassa” sur les deux cauris. A l’en croire, ce sont les dominos qui donnent l’affirmation, et les cauris, la négation. Ce qui signifie que le Fâ a accepté la demande qui lui est adressée.
Il a souligné que le ‘’Gbégouda” est un signe de chefferie. Selon le prêtre Fâ, ce signe signifie que « c’est doucement que l’individu devient Chef de sa maison, et on lui recommande la patience ». Cet individu qui sera Chef, selon ‘’Gbégouda”, vengera ses parents, ses ancêtres, et pourra s’évertuer à leur retourner tout ce qui leur avait été volé.

Par le signe Gbétounmila, il sera difficile de déloger ce Chef, a fait savoir le président de l’association des boconons. Pour lui, il ne s’agit pas d’une force extraordinaire, mais la manière dont il va conduire le pays (les affaires), plait aux ancêtres qui lui donnent plein pouvoir, et le retiennent jusqu’à ce qu’il finisse sa mission.
Selon le Gbétounmila, tous les biens qui s’étaient effrités, vont revenir. Le Chef selon ce signe, a la possibilité d’apporter le bonheur, et les populations devraient en profiter.
Pour ce qui concerne le ‘’Goudassa”, quelque chose a été dit et on devrait y renoncer. Il s’agit du mandat unique.
À en croire Tchoulé Oladjilé Pascal, Patrice Talon en promettant le mandat unique en 2016, l’avait fait du fond de son cœur. Mais ces paroles selon l’interprétation des signes du Fâ, n’avaient pas été sacrées. Si elles l’avaient été, le Chef de l’État ne pouvait plus revenir.
C’est en toute conscience que Patrice Talon avait promis le mandat unique, mais ce vœu n’a pas reçu l’avis favorable des mânes des ancêtres.
Dire qu’il veut du pouvoir selon le prêtre Fâ, n’est pas vrai. Ces paroles sont rendues désormais fluides par les ancêtres et n’aura plus d’effet.

Calavi déconseille

Contrairement au Fâ d’Allada et de Ouidah, un autre déconseille un nouveau mandat à Patrice Talon. Il s’agit du Fâ consulté à l’Université d’Abomey-Calavi (Uac). En effet, selon les informations relayées, des bokonon d’Abomey-Calavi ont consulté l’oracle sur la candidature de Talon en 2021. Et le verdict ne serait pas favorable au chantre de la Rupture puisque le signé révélé serait « Abla-Foun », un « signe est très hostile à l’entêtement ».
Dans ce sens, le Fâ a invité « le chef à respecter sa parole de départ pour servir d’exemple à ses sujets ».
Face à cette cacophonie des signes, les regards sont tournés vers Patrice Talon, seul habilité à situer ses concitoyens sur sa position. Le suspens reste donc entier. Et pour une bonne partie de l’opinion, chacun cherche plutôt à justifier son choix, son souhait par le Fâ. D’où les interprétations tendancieuses et orientées qui écorchent la noblesse du Fâ.

One thought on “Présidentielle 2021 : Fâ contre Fâ, besoin d’arbitrage

Laisser un commentaire

Top