Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Présidentielle 2021 : SUSMEC Ong en mission de paix

Présidentielle 2021 : SUSMEC Ong en mission de paix

En prélude à la présidentielle 2021, l’Ong ‘’Secours urgents et subventions massives pour l’éducation, la presse et la culture’’ (Susmec) balise le chemin pour un scrutin pacifique. Dans une Déclaration de presse lue, lundi 21 décembre au Chant d’oiseau de Cotonou par son président Saturnin Hounkpè, elle attire l’attention sur les « menaces » et propose des solutions pour les conjurer.

Par Sêmèvo B. AGBON

Le 11 avril 2021 le Bénin organisera son septième scrutin présidentiel. Ce dernier ne sera pas comme les précédents. Le contexte actuel, selon la Déclaration de presse de 8 pages de Susmec Ong, comporte « un faisceau d’éléments crisogènes, capables de remettre en cause la paix ». Ceux que l’organisation a relevés sont d’ordre aussi bien institutionnel que législatif et touchent à la crédibilité « éprouvée » de plusieurs institutions. A commencer par l’Assemblée nationale qui est « au cœur d’une vive polémique depuis 2019, années des dernières législatives » ; la Cena « dont la réputation avérée a semblé perdre quelques plumes depuis les législatives de 2019 » ; et la Cour constitutionnelle « confrontée à la méfiance des béninois ».
Au plan législatif, l’Ong a identifié des goulots d’étranglement indus par le Code électoral et la révision de la constitution avec l’instauration controversée du parrainage, la vice-présidence, les 10% de suffrage au plan national et, enfin, la prorogation du mandat (en cours) du président Talon. « Autant d’éléments à notre avis qui constituent un climat potentiellement explosif, et le cas échéant, générateur d’une crise préélectorale et post-électorale majeure, préjudiciable à la paix », estime l’Ong.
Dans la recherche de solutions, elle dit avoir rencontré des acteurs avec qui elle a partagé son diagnostic « et recueilli leurs contributions en vue de définir des stratégies et approches inclusives, capables de baisser la tension ». Ainsi, la Déclaration de presse comporte des propositions de solutions adressées à différents acteurs. Tout part du président de la république jusqu’au peuple béninois entier en passant par la Cena, le Cos-Lépi, la Cour constitutionnelle, les candidats, les formations politiques et la Haac représentée à l’occasion par le conseiller Franck Kpochémè. A cette dernière par exemple, l’Ong demande de définir les conditions pour une meilleure couverture médiatique des opérations du vote et de veiller à l’accès équitable des partis politiques, des candidats et de la société civile aux médias. Les différents partis politiques sont quant à eux invités à ne pas entraver la liberté de parrainage de leurs élus, de prouver alors leur bonne foi à travers une déclaration publique. En ce qui concerne les candidats, Susmec Ong leur recommande de « dénoncer toute forme de marchandage du parrainage auquel ils seraient confrontés ». Enfin, les citoyens sont-ils invités à s’abstenir de tout comportement ou propos attentatoires à la paix.
Susmec Ong est agréée par l’Etat béninois. Elle existe depuis seize ans et se définit comme « un cadre d’échange et de recherche-action au profit des populations démunies ou exclues ». Ses trois domaines d’action sont l’Education, la Presse et la Démocratie.

Laisser un commentaire

Top