Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Professeur Jean-Claude Hounmènou, psychopédagogue : « Les enfants qui ont pris par la maternelle …sont les meilleurs »

Professeur Jean-Claude Hounmènou, psychopédagogue : « Les enfants qui ont pris par la maternelle …sont les meilleurs »

Au Bénin beaucoup de parents considèrent l’inscription des petits enfants dans les garderies et écoles maternelles comme une perte de l’argent. Ce qui est une conception erronée, selon le professeur Jean-Claude Hounmènou, psychopédagogue, enseignant à l’Université d’Abomey-Calavi et parrain du Salon des centres d’éducation de la petite enfance (Sacepe) dont la 2ème édition s’est achevée dimanche 25 août. Il explique ici pourquoi faut-il désormais inscrire les enfants dans ces centres.

Propos recueillis par Sêmèvo B. AGBON

« Il s’agit de sensibiliser les parents sur l’importance d’inscrire et placer les enfants (0 à 5 ans) dans les garderies et surtout les écoles maternelles. Ces centres sont les plus habilités à doter les enfants de cette tranche d’âge des premières armes dont ils ont besoin pour évoluer correctement dans la vie. Les garderies et surtout les écoles maternelles sont comme les rampes de lancement pour les enfants dans la vie. C’est dans ces centres qu’ils acquièrent les premières compétences, les premières habiletés, c’est là qu’ils apprennent à parler correctement en société avec leurs camarades au lieu de vivre à la maison au milieu de papa et maman et deux ou trois frères. Lorsqu’ils sont dans la garderie ou l’école maternelle au milieu de 30 bambins tout petits comme eux avec lesquels ils sont obligés de se familiariser ils apprennent à vivre en société. Ils assurent leur parler, ils acquièrent aussi les premiers rudiments de mathématique.

L’expérience et les recherches scientifiques ont montré que les enfants qui ont pris par la maternelle, lorsqu’ils entrent dans le système éducatif proprement dit (notamment le primaire) sont les meilleurs.

Encore que les inscrire dans les garderies ou écoles maternelles rend service aux parents. Ça les libère pour leurs activités socioéconomiques, professionnelles. Ainsi ils auront le cœur tranquille. En même temps l’école maternelle leur permet de jouer et d’apprendre. La première activité d’un enfant c’est le jeu. Combien d’occasion de jeu nous pouvons leur offrir à la maison ? combien de jeu un parent peut-il acheter à ses enfants à la maison ? alors qu’à l’école ils ont l’embarra du choix. Ce qui permet de stimuler leur sens et les aide à avoir un développement psychologique harmonieux et se lancer dans la vie.

Construction des écoles maternelles : un défi pour l’État

Nous avons profité du lancement du Salon pour lancer un appel au Chef de l’État et les ministres en charge de la petite enfance (ministre chargé de l’enseignant maternel et celui des Affaires sociales) pour que plus d’attention et d’investissement soit accordé à ce sous-secteur. Qu’on construise davantage de maternelle et de garderie publique et en même temps qu’on recrute du personnel pour animer ces centres. Le personnel existe aujourd’hui. Nos universités notamment l’Université d’Abomey-Calavi a déjà formé beaucoup de psychopédagogues, des spécialistes de l’éducation de la petite enfance qui ne demandent qu’à être sollicités. Notre initiative vive à booster ce sous-secteur non seulement à travers la génération de centaines d’emplois mais aussi que plus d’enfants béninois, du nord au sud, de l’est à l’ouest aient la chance de passer par l’école maternelle.

 

Laisser un commentaire

Top