Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Projet « La Route de l’esclave » : Les acquis en 25 ans

Projet « La Route de l’esclave » : Les acquis en 25 ans

Le ministre du Cadre du vie et du développement durable José Tonato, représentant le ministre du Tourisme, de la culture et des sports empêché a lancé le mardi 20 août, les travaux du 25ème anniversaire du projet « La Route de l’esclave ». La cérémonie d’ouverture a connu la présence des membres du corps diplomatiques accrédités au Bénin, des experts scientifiques et spécialistes venus des quatre coins du monde.

Par R.F.

La célébration du 25ème anniversaire de « La Route de l’esclave » est l’occasion pour les acteurs à divers niveaux d’évaluer les accomplissements du projet et de débattre de ses perspectives dans le cadre de la décennie internationale des personnes d’ascendance africaine.

Contrairement aux autres années où la commémoration était limitée à une centaine d’intellectuels, de cadres et d’invités, la jeunesse et la population ont été associées. « Le projet n’avait donc pas obtenu les résultats significatifs et n’avait pas permis de faire évoluer les mentalités », a rappelé Christophe Chodaton, président du Comité de commémoration du 23 août (Ccom 23) dans son mot de bienvenue.

Les Nations Unies ont salué l’engagement du Bénin sur la question et remercié le gouvernement pour avoir associé l’Unesco à cette commémoration. Le Coordonnateur résident du système des Nations unies au Bénin, Siaka Coulibaly a réitéré le soutien de l’organisation au gouvernement dans la réalisation de son programme d’actions et de l’agenda de développement 2030.

Pour Ydo Yao, Directeur régional de l’Unesco, le projet « La route de l’esclave » a grandement stimulé le développement des connaissances scientifiques sur le sujet en donnant un appui international à des historiens isolés et en élargissant la recherche à des régions jusque-là négligées. En 25 ans, de nombreuses avancées ont été notées sur la question à savoir : l’entrée de l’esclavage dans les programmes scolaires, l’inventaire des sites et lieux de mémoire liés à l’esclavage dans les pays concernés.

Selon le ministre José Tonato, le gouvernement accorde une place de choix au tourisme mémoriel bien pensé et structuré. « Ici au Bénin, nous travaillons très activement sur ces questions. », a-t-il déclaré. La conférence internationale qui a lieu dans le cadre de la commémoration du 25ème anniversaire du projet permettra de faire le bilan du chemin parcouru et des perspectives d’avenir.

Laisser un commentaire

Top