Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Projet ‘’Musée de l’Épopée des amazones d’Abomey’’ : Le Bénin et la France signent une convention déterminante

Projet ‘’Musée de l’Épopée des amazones d’Abomey’’ : Le Bénin et la France signent une convention déterminante

Le secteur culturel béninois s’honore d’un accord de partenariat avec l’Agence française de développement. L’échange de paraphes à cet effet, entre le ministre Romuald Wadagni et le directeur général de l’Afd s’est déroulé, jeudi 3 juin à Sèmè city (Cotonou) en présence du ministre Jean-Michel Abimbola et des représentants de l’Anpt.

Par Nadège Sènan WANGNANNON (Stag.)

La signature de cet accord de partenariat au profit du secteur touristique béninois marque une étape importante dans la réalisation des travaux de construction du « Musée de l’Épopée des amazones et des rois de Danxomè » et de valorisation du site palatial d’Abomey.
Ce projet culturel vise la modernisation des sites palatiaux d’Abomey à travers la réhabilitation des palais existants et la construction d’un nouveau musée de référence à Abomey ; l’appui à l’écosystème culturel et artisanal du site, c’est-à-dire monter des artisans locaux pour réhabiliter les infrastructures selon les méthodes utilisées dans le temps ; et le renforcement des capacités des acteurs du patrimoine béninois, appui à la gestion du site et subvention pour charge de service public. Ce sont là les quatre composantes énumérées par Edmond Toli, directeur général de l’Agence nationale de promotion des patrimoines et de développement du tourisme (Anpt). Les palais royaux concernés par les travaux de réhabilitation sont ceux de Guézo, Glèlè, Behanzin et Agoli-Agbo. Le site entier vaste de 47ha est classé Patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1985.
Les travaux de réalisation de ce « projet emblématique » sont importants pour que la jeunesse puisse réapproprier son histoire, a souligné l’ambassadeur de la France près le Bénin, Marc Vizy. Et de rappeler qu’« Il y a deux ans nos gouvernements respectifs ont convenu la mise en place d’un programme de travail commun en vue de renforcer leur coopération, l’échange d’expériences et de savoir-faire dans le domaine de la protection, la conservation et la mise en valeur du patrimoine matériel et immatériel archéologique, culturel de nos deux pays ». Il dit trouver alors dans la signature de l’accord de financement, le fruit de cette coopération. Selon ses annonces, le musée permettra d’exposer dans d’excellentes conditions trois cent (300) œuvres des collections béninoises auxquelles s’ajouterons les vingt-six (26) œuvres bientôt restituées par la France.

Touche personnelle

L’ambassadeur Marc Vizy soucieux de la durabilité de l’infrastructure en vue, a proposé « une touche personnelle ». « Je crois, dit-il, que nous devons aussi intégrer les dispositifs d’entretien des équipements dès à présent dans le projet ». Car, s’est-il justifié, «nous avons malheureusement des exemples d’équipements de ce type qui une fois réalisés se dégradent rapidement faute de moyens et des actions programmées pour leur entretien dans le temps ». Or, « ce site sera la vitrine du patrimoine béninois et il est important qu’il reste pour longtemps », a-t-il insisté.
« Il y a environ trois ans, soit le 1er juin 2018, le chef de l’Etat, le président Patrice Talon déclarait que : « la restitution, le partage et la circulation des biens culturels sont désormais, pour le Bénin, un facteur de lutte contre la pauvreté, un facteur de création d’emplois et de richesses, un outil de développement socioéconomique. Toute chose qui relève des objectifs de l’aide au développement et de la coopération ». En rappelant ces propos, le ministre du Tourisme, de la culture et des arts, Jean-Michel Abimbola déduit que l’échange de paraphes « vient confirmer l’intérêt du Bénin pour l’importance de la coopération muséale et patrimoniale avec la France dans sa volonté de faire de l’exception culturelle béninoise un levier stratégique d’éclosion de l’industrie touristique prisée ».
Avec cette convention, « nous avons passé le cap de 135 milliards francs de financement sur la période de cinq ans avec pour l’ambition de réaliser trois fois plus dans les cinq années qui viennent », a renseigné le ministre d’Etat chargé de l’Economie et des finances, Romuald Wadagni. De quoi « Réitérer la reconnaissance du Bénin à la France pour le soutien constant et croissant à travers l’Afd à notre programme de développement. »

Laisser un commentaire

Top