Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Promotion de l’homosexualité : Un non Catholique sonore

Promotion de l’homosexualité : Un non Catholique sonore

La Conférence épiscopale du Bénin (Ceb) a tenu du 18 au 21 octobre, sa première session ordinaire plénière, au titre de l’année pastorale 2020-2021, au Centre Pastoral Mgr Nicolas Okioh de Natitingou. Dans le communiqué final, la Ceb dénonce la promotion insidieuse de l’homosexualité qui gagne progressivement les États africains.

Par Sènankpon DOSSOU

‹‹La Conférence épiscopale du Bénin est très préoccupée par la promotion insidieuse et l’introduction progressive de l’homosexualité et de l’orientation sexuelle comme droits humains dans les législations des pays de l’Organisation des Etats d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (Oeacp), à la faveur du renouvellement des accords bilatéraux et multilatéraux en vue de l’obtention de l’aide internationale››, lit-on dans le communiqué. Elle a invité le gouvernement, les confessions religieuses et les acteurs de la société civile à œuvrer en synergie pour le respect des lois naturelles dans la crainte de Dieu qui nous en demandera compte.

La question de l’homosexualité même si elle est jusque-là un sujet tabou en Afrique, fait débat depuis quelques années. Une vaste campagne occidentale pour la répandre en Afrique est en cours. L’ambassade des Etats-Unis à Cotonou avait dans une publication sur Facebook, déploré les violences et discriminations dont sont victimes les homosexuels et exprimé clairement son soutien à leur endroit. « La violence et la discrimination contre les personnes lesbiennes, gays, bisexuelles, transgenres et intersexuées (Lgbti) non seulement violent les droits de l’Homme, mais contribuent également à la pauvreté et à la mauvaise santé. L’Usaid s’est engagée à travailler avec des partenaires béninois pour améliorer la santé et le bien-être à travers le pays-pour réaliser cette vision, il faut mettre fin à la discrimination ! », avait-elle publié. Un post qui a provoqué la colère des internautes qui soutiennent, comme la Ceb vient de le faire, que cette pratique est une contre-valeur et contraire aux réalités culturelles de l’Afrique. Mais la campagne ne se passe sans incitation. L’aide internationale y est conditionnée, comme le relève la Ceb. De plus, cette promotion prend le manteau de la défense des droits de l’Homme.

Jusque-là, seul le Gabon a reconnu et dépénalisé cette déviance. Les autres pays africains restent, du moins officiellement, très imperméables malgré les pressions économiques et diplomatiques. Toutefois, faut-il craindre que les milliards miroités n’amènent pas les gouvernants à épouser l’ignominie. En attendant, la position de la Conférence épiscopale du Bénin est claire sur le sujet. Chacun doit travailler au respect des lois de la nature, ‹‹dans la crainte de Dieu qui nous en demandera compte››.

Laisser un commentaire

Top