Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Reconstitution des actes de naissance sans souche : « Seuls ceux qui feront le déplacement seront pris en compte » (Cyrille Gougbédji)

Reconstitution des actes de naissance sans souche : « Seuls ceux qui feront le déplacement seront pris en compte » (Cyrille Gougbédji)

Le comité technique de pilotage Ravip-Pedec a organisé le mercredi 12 juin, un atelier relatif au Projet de reconstitution des actes de naissance sans souche (Pran). C’était au siège de l’Agence nationale d’identification des personnes (Anip) à Cadjèhoun.

Par Fidélia A. AHANDESSI

Le projet Pran, a indiqué Cyrille Gougbédji, président du Conseil d’administration de l’Anip, s’explique par le fait qu’à des moments malheureux de l’histoire du Bénin, des centres d’état civil ont été saccagés et brûlés par des manifestants, mettant ainsi en péril la vie de milliers de compatriotes qui sont soumis à de nombreuses tracasseries administratives lors de l’établissement de leur passeport ou leur pièce d’identité. A ce facteur, s’ajoutent les mauvaises conditions de conservation des registres. Ce qui explique que ces registres sont livrés aux termites qui les détruisent. Il y a également le manque de logistique nécessaire à la conservation des actes de naissance, a ajouté le président du conseil d’administration de l’Anip. Quant au déroulement du projet, Cyrille Gougbédji a souligné que cette opération concerne surtout ceux qui ont cru au Ravip et surtout aux 2 500 citoyens qui avaient des actes de naissance sans souche lors du Ravip. Pour ce faire, les citoyens seront informés de la date et la période du déroulement de l’opération ; les concernés devront se rendre dans les bureaux d’arrondissement quel que soit leurs lieux de naissance avec une simple copie de leur acte de naissance et leur récépissé Ravip puis un rendez-vous leur sera donné pour le retrait des actes de naissance. La présentation du récépissé du Ravip, a insisté Cyrille Gougbédji, est importante car l’acte qui sera généré après sera sous un format nouveau, authentique, presque infalsifiable. Un seul geste est donc demandé aux citoyens : celui de se rendre dans les bureaux d’arrondissement pour la déclaration. « Seuls ceux qui feront le déplacement seront pris en compte », a-t-il souligné. Les citoyens qui ne feront pas le déplacement ne seront pas pris en compte dans cette opération gratuite mais ils s’exposeront aux tracasseries et procédures judiciaires, a-t-il martelé. Avec le Pran, les actes de naissance seront dématérialisés, numérisés et le registre ne sera qu’un témoin papier. Financé par la Coopération belge, le Pran sera lancé début juillet.

Cet atelier est exceptionnel parce qu’il réunit les membres du conseil d’administration élargit aux structures opérationnelles de l’Etat en matière d’identification des personnes et aux officiers de l’état civil qui étaient représentés à la séance. Il fait suite à une réunion du Conseil d’administration réuni déjà le mardi 11 juin. Réunion au cours de laquelle les membres du conseil ont travaillé avec des chefs d’arrondissements et des maires des différentes communes afin d’évaluer leurs méthodes de travail en termes de dématérialisation de l’état civil. Aux termes de ces échanges, un partenariat sera noué entre l’Anip et les communes afin de récupérer les données existantes au niveau de ces communes. Gougbédji Cyrille a également notifié que le Projet de reconstitution des actes de naissance sans souche (Pran) est financé par la Coopération belge.

Laisser un commentaire

Top