Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Recours dans le cadre des législatives du 28 avril : Marcellin Worou déchu au profit de Bénoît Dègla (Le taux de participation monte à 27,16%)

Recours dans le cadre des législatives du 28 avril : Marcellin Worou déchu au profit de Bénoît Dègla (Le taux de participation monte à 27,16%)

La cour constitutionnelle a rendu publique le jeudi 23 mai sa décision sur les recours issus des élections législatives du 28 avril 2019. Sur une trentaine de recours d’invalidation de siège, un seul a reçu écho favorable. C’est celui de Benoît Dègla dont le siège a été validé contre celui de Marcellin Aka Worou précédemment annoncé comme élu.

Par Raymond FALADE (Stag.)

Bonne nouvelle pour Benoît Dègla. Il retrouve son siège au Parlement 8ème législature. Ainsi en a décidé la Cour constitutionnelle dans l’une des décisions rendues publiques hier, jeudi 23 mai, invalidant lélection de Marcellin Aka Worou et a proclamé élu Bénoit Dègla. Ce dernier, candidat aux élections législatives du 28 avril 2019 sur la liste du Bloc républicain dans la 10ème circonscription électorale, avait formulé un recours en invalidation du siège de Marcellin Aka Worou, candidat élu dans ladite circonscription électorale sur la liste de l’Union progressiste.
Dans sa requête, Bénoît Dègla a soutenu que « les résultats des élections législatives du 28 avril 2019 ont été donné sans considération des suffrages exprimés en faveur du Bloc républicain dans six (06) arrondissements des communes composant la 10ème circonscription électorale en raison de ce que la Commission électorale nationale autonome (Cena) n’a pas transmis à la Cour constitutionnelle les cantines contenant les résultats y relatifs ». Il a poursuivi que « dans la 10ème circonscription électorale, les opérations ont été perturbées par endroit, par des manifestants qui ont procédé à la destruction de certaines cantines contenant des documents électoraux tandis que d’autres ont été entreposées dans des commissariats par des coordonnateurs d’arrondissement fuyant des actes de vandalisme, ceci, aux fins de leur sécurisation » ; que « La Cena, bien qu’ayant réceptionné les cantines contenant les résultats des arrondissements de Challa-Ogoi et de Laminou ne les a pas transmises à la Cour; qu’il estime que si les résultats des centres de vote concernés avaient été pris en compte, ils auraient eu une influence sur le nombre de sièges obtenus par chacune des listes en compétition et n’auraient pas permis l’élection de monsieur Marcellin Aka Worou, candidat sur la liste de l’Union progressiste ». Ainsi, il demande à la haute Juridiction de revoir les résultats qu’elle a proclamés dans la 10ème circonscription en prenant en compte les suffrages exprimés dans les localités concernés et d’invalider le siège de Marcellin Aka Worou.
Au regard de toutes ces explications, la Cour a donc donné acte à la Cena de la transmission à la Cour constitutionnelle des cantines contenant les documents électoraux de la 10ème circonscription électorale. Après examen des procès-verbaux de déroulement et de dépouillement de l’arrondissement de Offè et intégration des données à l’ensemble des résultats, la Cour a donné raison au requérant et a invalidé le siège de Marcellin Aka Worou, candidat deuxième titulaire sur la liste Union progressiste.
Pour rappel, la Cena lors de la publication des grandes tendances après 86% de dépouillement, avait attribué un siège à lintéressé. Mais la Cour, en proclamant les résultats le 2 mai, a invalidé ce siège au profit de Marcellin Aka Worou de lUnion progressiste. Benoit Dègla a alors introduit un recours pour invalidation du siège de ce dernier.
Cette décision modifie alors les résultats des législatives du 28 avril qui se présentent désormais comme suit au plan national : inscrits: 4 992 399 ; votants: 1 355 776 ; taux de participation: 27,16. Le parti Union progressiste obtient donc quarante-six (46) sièges et le parti Bloc républicain trente-sept (37) sièges.
D’autres recours ont été également introduits à la Cour constitutionnelle dans le cadre des contentieux électoraux relatifs aux élections législatives du 28 avril 2019 au Bénin. Une trentaine environ, ils ont été rejetés par l’institution pour manque de preuves.

Laisser un commentaire

Top