Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Réforme sur la décentralisation : Le développement des communes, ça y est !

Réforme sur la décentralisation : Le développement des communes, ça y est !

Le président de la république Patrice Talon a rencontré le mardi 21 septembre au palais des congrès de Cotonou, les principaux acteurs de la décentralisation notamment les maires, les préfets, les membres du gouvernement, les présidents des institutions et bien d’autres. Cette rencontre a été l’occasion pour les participants d’apprécier le document « projet de réforme structurelle du secteur de la décentralisation » en vue de l’amender et de l’adopter.

Par Raymond FALADE

Le projet de réforme proposé par le gouvernement opère de manière significative, un réaménagement des organes, une redistribution des pouvoirs, un renforcement de la reddition des comptes et un réaménagement des modalités d’exercice de la tutelle. Dans son exposé, Claude Olympio, président du Comité de réforme structurelle du secteur de la décentralisation a abordé quelques constances et améliorations proposées au niveau des communes. Il a fait savoir qu’en pratique, le préfet demeure l’autorité de tutelle des communes. Dans chaque commune, il sera désormais créé une fonction de secrétaire exécutif qui sera ordonnateur du budget communal. Le indique également que les nouvelles prérogatives du maire et celles de ses adjoints seront définies et un fichier national des principales fonctions administratives des mairies sera mis en place.
Désormais, il y a trois catégories de communes. Il s’agit des communes à statut particulier qui regroupent les communes de Cotonou, Porto-Novo, Parakou et Abomey-Calavi. Les communes à statut intermédiaire sont entre autres, les communes abritant un chef-lieu de département et autres communes à retenir selon leur importance. La dernière catégorie est celle à statut de droit commun qui sont les communes qui ne sont ni à statut particulier ni intermédiaire. La réforme prévoit également qu’en lieu et place du Fonds d’appui au développement des communes (Fadec), il sera mis en place un Fonds d’investissement communal abondé principalement par l’Etat pour financer les investissements des communes.
Au terme de l’exposé, les maires présents ont tour à tour posé des questions et fait des amendements pour l’amélioration du document qui leur a été soumis.


Le président Patrice Talon a exprimé sa satisfaction de voir les élus locaux aussi investis dans l’adoption de cette réforme. A l’en croire, cette réforme permettra de mettre davantage les communes au service des populations à la base et d’inscrire le nom de chacun des acteurs au panthéon de l’histoire. Il a rassuré les maires présents que leurs conditions de travail ainsi que celles de leurs collaborateurs seront considérablement améliorées afin de leur permettre d’assurer pleinement les fonctions qui sont les leurs.
Au nom du collège des maires présents, le président de l’Association nationale des communes du Bénin (Ancb) Luc Atrokpo, a remercié le chef de l’Etat pour l’initiative et salué la disponibilité de ses pairs ainsi que leurs contributions qualitatives à cette journée historique.
Le ministre d’Etat chargé de la coordination de l’action gouvernementale Abdoulaye Bio Tchane, dans son mot de clôture a réaffirmé sa disponibilité pour recevoir au nom du Comité stratégique d’orientation et de supervision desdites reformes, les autres améliorations souhaitées par les acteurs présents.
La mise en œuvre de cette réforme permettra sans doute d’améliorer la pratique de la décentralisation au Bénin afin d’amorcer véritablement le développement à la base.

Laisser un commentaire

Top