Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Relance des activités de la Sitex : Maintien des emplois existants et création de nouveaux

Relance des activités de la Sitex : Maintien des emplois existants et création de nouveaux

Le site qui abrite la Société des industries textiles du Bénin (Sitex) S.a est désormais mis en concession. La décision a été prise lors du Conseil des ministres du mercredi 27 octobre.

Par S. B. AGBON

Il s’agira de remettre en exploitation la Sitex pour relancer l’activité industrielle dans la ville de Lokossa et préserver les emplois. A cet effet, le gouvernement a conclu un accord avec la Société Dongaco S.a. qui a soumis une offre de reprise. Selon les clauses de cet accord, cette société va entre autres, conserver le nom commercial, la marque Sitex, en continuant à assurer la présence de cette entité pionnière dans la transformation du coton fibre sur le marché national, régional et international ainsi que la filature industrielle et l’impression de marques prisées ; maintenir les emplois existants et en créer de nouveaux puis créer de la valeur ajoutée pour l’économie béninoise en investissant durablement dans l’industrie de transformation ; et racheter l’ensemble des stocks, matières premières, consommables, encours et produits finis correspondant à des demandes en instance. Le repreneur disposera d’un délai de 18 mois pour faire les investissements nécessaires et mettre en exploitation l’usine à son plein potentiel. C’est pourquoi, le Conseil a autorisé la formalisation de l’accord pour la mise en exploitation de l’outil industriel, moyennant une redevance annuelle, conformément aux textes en vigueur.

Créée le 7 mai 1987, la Société des industries textiles du Bénin (Sitex) est le fruit de la coopération entre le Bénin et la Chine. Elle est spécialisée dans la production et la commercialisation de tissu écru 100 % coton. En effet, confrontée à la vétusté de ses équipements, la Sitex S.a. connaît d’énormes difficultés de production qui, depuis 2003, impactent négativement autant ses activités que la qualité de ses produits. Ce qui a conduit pratiquement à la cessation d’activités avec d’énormes dettes. Depuis 2015, deux options de sauvetage étaient sur la table : le toilettage des états financiers de l’entreprise, la recapitalisation de la société Sitex le financement de son fonds de roulement et le renouvellement progressif de ses équipements productifs. Une option qui s’est révélée couteuse et sans certitude de succès. La deuxième option est relative à la privatisation de l’entreprise, soit à travers une location gérance, soit à travers l’ouverture du capital social, soit par une cession pure et simple. Au finish, le gouvernement a autorisé la formalisation de l’accord pour la mise en exploitation de l’outil industriel, moyennant une redevance annuelle, conformément aux textes en vigueur.

Laisser un commentaire

Top