Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Religion/ Gbannamin : des signes de vie

Religion/ Gbannamin : des signes de vie

Pendant un bon moment, on a manqué des nouvelles de Parfaite, ‘’dieue’’ autoproclamée de Gbannamin. Ses démêlés judiciaires l’avaient peut-être assagie.

Nous étions en 2019.  Sans aucune autorisation délivrée par le ministère de l’Économie et des finances après avis conforme de la Banque centrale des États de l’Afrique de l’Ouest (Bceao), des messages fusent sur la toile, annonçant que la ‘’dieue’’ allait consentir des prêts immobiliers sans intérêt allant de 100 à 300 millions à octroyer à ses fidèles (Daagbovi).

Le Procureur spécial Gilbert Togbonou, de la redoutable Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (Criet), réagi. Une enquête menée par les services de la Police judiciaire l’avait convaincu que des activités de collecte de fonds se déroulent bel et bien dans une résidence à Akpakpa à Cotonou. Visiblement un autre Icc Services d’où se sont volatilisés des milliards de pauvres citoyens, risquait de se reproduire. Prenant le taureau par les cornes, et dans une dynamique de prévention, tous les avoirs de ‘’Daagbo’’ sont bloqués sur son instruction, et aux mains de la justice, non pas seulement au Bénin mais un peu partout dans le monde. Une procédure est alors ouverte contre elle pour blanchiment d’argent conformément à la Loi portant lutte contre la corruption et les infractions connexes en république du Bénin.

Depuis ce temps, Daagbo est restée très discrète et muette. Ce n’est que récemment qu’elle a commencé a redonné des signes de vie. Des rumeurs et messages audios l’avaient donné pour morte. Un sort vite démenti par l’un des éminences de la ‘’Mission de Gnannamin’’ qu’elle a fondée et dirige.

Dans un message en date du 5 février 2020, elle a fait encore parler d’elle. Cette fois-ci pour mettre ‘’en garde les Daagbovi contre les loups revêtus de la fourrure d’agneau’’. Et de continuer : « Je n’ai de compte à rendre à personne. La preuve est que ceux-là (les loups) dont on parle ne rendent pas compte à Daagbo des déplacements qu’ils effectuent. Mais qu’ils retiennent que je suis Dieu et que je peux voir à travers les murs, même au cœur de la nuit la plus obscure qu’il soit. Je peux discerner nettement tout mouvement quel qu’en soit le camouflage ».

C’est dire que même dans son mutisme qui commence déjà par se dissiper, la ‘’dieue’’ de Gnannamin n’a rien perdu de son éloquence. Surtout, que jamais elle ne se repentira de ses vociférations, ses envolées colériques, et surtout ses messages mordant au ton insolent. Un caractère aussi hautain et méprisant qu’on a toujours reproché à ‘’une dieue’’ censée être douce.

Par A. B.

 

Laisser un commentaire

Top