Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Résidences universitaires : ‹‹Le déguerpissement est la fin d’un contrat et cela doit être respecté », Sébastien Godonou, président Bdcr

Résidences universitaires : ‹‹Le déguerpissement est la fin d’un contrat et cela doit être respecté », Sébastien Godonou, président Bdcr

Les étudiants bénéficiaires des résidences universitaires à l’Université d’Abomey-Calavi (Uac) doivent vider leurs cabines au plus tard le mardi 31 août. En tout cas, c’est le contrat qui les lie à la direction du Centre des œuvres sociales et universitaires (D/Cous). Malheureusement, certains d’entre eux n’ont pas encore fini l’année universitaire 2021-2022. En effet, les sessions de rattrapage sont toujours en cours pour certains et d’autres sont programmés pour le mois de septembre. Mais, les responsables du Cous-AC n’entendent pas prolonger le contrat. Les étudiants concernés s’apprêtent déjà à vider les lieux même s’ils ne savent pas exactement quel sera leur point de chute. Pour le président Sébastien Godonou président du Bureau directeur du comité des résidents (Bdcr), ces étudiants seront obligés de respecter ce qui est dans le contrat. Toutefois, rassure-t-il, « qu’à partir de 2021-2022, ils seront toujours en résidence pour composer les sessions de rattrapage ».

Propos recueillis par Evélyne Sèdjro KADJA

Bénin Intelligent: Quelle est la durée d’occupation des résidences universitaires au cours d’une année universitaire ?

Sébastien Godonou : les résidences universitaires sont occupées du 1er décembre à fin août rigoureusement ; c’est ce contrat qui lie le Cous-AC et les étudiants. Ainsi, cela permet aux étudiants de couvrir les sessions normales au niveau des entités au cours de l’année car ce contrat ne leur permet pas d’aller aux sessions de rattrapages qui sont en mois de septembre pour certains étudiants.

Souvent les bénéficiaires intègrent tardivement les résidences. Pourtant, ils sont toujours sommés de les vider un peu plus tôt. Pourquoi ?

Oui cela est vrai parce que les résidences sont utilisées du 1er à fin août. Par ailleurs, il peut arriver que pour des questions d’ordre académique, des revendications des droits des étudiants, que la Fneb décide d’entrer en grève pour la résolution de ces problèmes. Au lancement des grèves, les activités sont à l’arrêt ou fonctionnent peu, ce qui fait que les étudiants entrent dans les résidences un peu tard sans que le délai ne soit prolongé. Donc cette année académique a servi d’expérience afin que pour les fois à venir lorsque des moments de grèves vont consommer des temps dans la durée liminaire du contrat, l’institution puisse trouver des solutions.

Pourquoi le délai accordé aux étudiants ne puisse pas être prolongé souvent ?

Le délai accordé aux étudiants n’est pas souvent prolongé parce que les gens servent comme argument que les étudiants ne respectent pas leur contrat envers le Cous-AC ; s’il prolonge et que le social est prévu pour couvrir les sessions normales, alors que les sessions de rattrapages font aussi partie du volet académique. Mais à partir de l’année académique 2021-2022, les sessions de rattrapages feront aussi l’objet de réflexion au sein de la Fneb afin que les étudiants qui seraient en situation de rattrapage puissent bénéficier des résidences.

Les déguerpissements forcés n’influencent –ils négativement les étudiants résidents ?

Ce déguerpissement est la fin d’un contrat et cela doit être respecté. Il est vrai que la sortie fait mal et surtout à ceux qui ont encore des rattrapages dans le mois de septembre. Mais ceux qui ont fini les sessions normales et de rattrapages peuvent considérer cela comme un temps d’aller en vacances. Et nous, en tant qu’institution spécialisée de la Fneb, ça nous chagrine car ils sont aussi des camarades qu’on devrait défendre. Que les étudiants comprennent qu’à partir de 2021-2022, ils seront toujours dans les résidences pour pouvoir composer leurs sessions de rattrapages. Les responsables vont s’atteler activement à ce que le calendrier académique soit ajustable au calendrier social. La Fneb veille aux droits et à faire respecter des droits, donc les résidents doivent respecter leur parole qui est la signature qu’ils ont posée le jour du remplissage de leur dossier.

Que comprendre du processus d’attribution souvent long ?

Ce processus est souvent long parce qu’il y a des pré requis que les institutions devraient faire et que nous ne faisons pas de manière la plus adéquate et désormais nous devons réfléchir incessamment pour que la phase de dépôt, de sélection et d’affichage ne soit plus long aux yeux des étudiants. Aujourd’hui où la Fédération national des étudiants du Bénin ( Fneb) est devenue la seule organisation la plus représentative des étudiants de l’Uac, je pense que le Bureau directeur du comité des résidents (Bdcr) a déjà pris l’ampleur de la tâche et a commencé des conseils avec le Cous-AC pour que le processus ne soit plus long afin de vite aboutir aux affichages des résidents. Pour la sécurité des fonds qui passeront dans le compte du Cous-AC, les fonds seront désormais versés au niveau de l’Ecobank et l’Uba. Cela montre déjà un effort de la part de l’institution. Je confirme également que les camions béliers sont venus décharger des sables et autres dans la quête de refaire les bâtiments vides en mauvais état pour qu’ils soient fonctionnels. A partir du mardi qui est la fin du mois d’août, les étudiants résidents quitteront les lieux et une équipe ira dans ces bâtiments vides pour régler les problèmes d’eau, d’électricité, matelas et autres auxquels sont confrontés ces étudiants. L’institution promet au travail bien faits.

Laisser un commentaire

Top