Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Retour des biens culturels pillés : Le Bénin s’arme de la convention d’Unidroit

Retour des biens culturels pillés : Le Bénin s’arme de la convention d’Unidroit

L’une des décisions issues du conseil des ministres du mercredi 7 août est la transmission à l’Assemblée nationale pour autorisation d’adhésion à la convention d’Unidroit sur les biens culturels volés ou illicitement exportés, adoptée à Rome, le 24 juin 1995.

Par Raymond F. (Stag.)

La convention d’Unidroit sur les biens culturels volés ou illicitement exportés ne figure pas dans l’arsenal des textes internationaux auxquels le Bénin a souscrit. Cette Convention a procédé à une uniformisation des règles de droit international privé applicables à ces cas de figure, particulièrement les règles relatives entre autres, à la qualification des situations, aux délais d’action et de prescription, aux modalités de règlement. C’est donc un instrument majeur dédié à cette problématique, et dont le Bénin a besoin dans ses démarches pour la restitution de biens précieux de son patrimoine culturel détenus à l’étranger pour diverses raisons. Sur ce sujet, le Bénin a entrepris depuis 2016 des démarches pour le rapatriement de ses biens culturels volés ou illicitement exportés pour diverses raisons. Un projet cher au président Patrice Talon qui depuis son arrivé à la tête du pays multiplie les initiatives au point de faire bouger la France.

En adhérant à cette convention, le gouvernement vient de combler un vide et se donne plus de chance car le recours aux instruments internationaux, dont la convention Unidroit relatifs à la protection des biens culturels prévus dans ce cadre est indispensable. La balle est désormais dans le camp des représentants du peuple qui doivent donner droit à cette autorisation pour permettre au gouvernement d’avancer sur ce chantier. C’est un pas important qui est en train d’être fait dans la quête du retour des biens culturels béninois.

Laisser un commentaire

Top