Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Réussite d’une famille recomposée : L’affection des enfants, le nœud

Réussite d’une famille recomposée : L’affection des enfants, le nœud

La famille originelle a perdu son hégémonie. Du fait des crises, d’autres formes ont vu le jour dont la famille recomposée. Le nœud dans ce type de mariage reste l’adoption réciproque des enfants dont on n’est pas le parent biologique mais à qui il faut témoigner de l’affection. De leur épanouissement dépend largement la réussite de ce type de famille.

Par Evélyne Sèdjro KADJA (Stag.)

D’après le sociologue de la sexualité Calixte Houedey, la famille recomposée est celle où les nouveaux mariés sont sortis d’une relation conjugale avec descendance. Elle existe à cause de la crise familiale qui a généré, d’abord la famille monoparentale puis la famille recomposée. Cela peut arriver suite à un divorce ou au décès d’un des conjoints ; ce qui oblige le survivant à se remarier.

Le nœud dans ce type de mariage reste donc l’adoption d’un enfant dont on n’est pas le parent biologique mais à qui il faut témoigner de l’affection. Sur cette question, beaucoup de béninois démissionnent. C’est le cas de dame Emilienne A. « Je ne peux pas me marier à un homme qui a déjà des enfants, parce que ces derniers sont trop capricieux. Si je n’ai plus de marie et que je vais me remarier, ce ne serait pas à un jeune mais à quelqu’un qui n’a plus de femme et qui veut juste une compagne et dont les enfants sont déjà âgés », avoue-t-elle. Par contre, Blaise Falanan, ne voit pas d’un mauvais œil ce type de mariage. « Si je dois me marier à une femme qui a déjà d’enfant, c’est que j’aime d’abord les enfants de cette femme comme les miens, et là je pourrais bien m’occuper d’eux comme mes propres enfants. Au cas où cette femme ne va pas aimer en retour les enfants que j’ai eus avec une autre femme ou faire semblant de les aimer, je serais obligé de la laisser ».

La question de l’affection des enfants est relative‚ fait observer la coache conjugale Johanne Quenum Fanou. «Ceci demeure une expérience personnelle à chaque couple. Il y a des familles recomposées ou tout va bien. Il y a d’autres c’est la catastrophe. Je pense que tout dépend des bases de chaque foyer, de comment et pourquoi on se met ensemble. Il ne faudrait pas oublier la femme ou l’homme qu’on a épousé pour se concentrer essentiellement sur les enfants qu’on a eus d’un premier mariage. Cela entraîne des frustrations qui ont pour conséquences la maltraitance des enfants innocents. Les enfants de votre conjoint ou conjointe sont aussi des êtres à aimer comme le conjoint ou la conjointe»‚ indique-t-elle.

Les témoignages supra confirment les explications du sociologue Calixte Houedey. Il indique que dans une famille recomposée, les nouveaux partenaires ne portent pas les mêmes affections aux enfants sortis d’une autre relation conjugale comme aux leurs. Il évoque de plus l’harmonisation difficile des styles d’éducation des enfants. « Les enfants n’aiment pas reconnaître le nouveau partenaire comme un deuxième papa et la nouvelle partenaire comme une deuxième maman. Aussi la vision de la perfection par les partenaires pose problème. Le nouveau partenaire veut coûte que coûte que sa nouvelle femme soit une bonne maman pour ses autres enfants (issus d’une autre relation conjugale) et la femme aussi veut également que son nouvel époux aime ses enfants issus de son ancienne relation conjugale », apprend-il. Cette situation installe la violence sur les enfants.

Des clés de réussite

Vivre en harmonie dans une famille recomposée n’est pas impossible. Pour y arriver, conseille Dr Houedey, les nouveaux partenaires ne doivent pas précipiter la cohabitation. Une relation à distance est souvent meilleure point de départ pour une famille recomposée, dit-il. Ils doivent essayer de se rapprocher progressivement de la cohabitation en pratiquant fréquemment des activités comme des vacances, des sorties… pour permettre aux enfants de s’habituer à eux. « N’attendez pas que votre nouveau partenaire devienne subitement un 2ème papa ou 2ème maman pour vos enfants. Essayez de gérer les conflits dans la fratrie (ne pas comparer les enfants entre eux, ne pas réagir avec agressivité) ; souvenez-vous également de ce qui est à l’origine de votre famille recomposée » Insiste-il. De son côté, Johanne Fanou, juriste et coache professionnelle spécialiste en genre et de gestion des projets de développement, renchérit qu’il faut « se préparer, se guérir de ses blessures issues d’une relation précédente avant de se remarier. Prendre son temps, établir les bases avec le nouveau conjoint et la nouvelle conjointe, dire clairement ses attentes en matière d’éducation de ses enfants ». La présidente du groupe ‘’Foyer sacrés’’ conseille d’« éviter de faire semblant dès le début, de ne jamais mettre ces enfants au second plan, de ne jamais oublier son ou sa partenaire en privilégiant uniquement les enfants, d’éviter également de comparer les enfants ou de leur rappeler tout le temps à leur mère ou à leur père qu’ils ne sont pas de vous, de maintenir le dialogue et la paix autant que cela est possible ».

Si la famille recomposée résulte de l’échec de la famille originelle‚ il urge de former les jeunes à la vie de couple.

Laisser un commentaire

Top