Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Revue du Pta 2019 au ministère de la Culture : Plus de responsabilité pour lever la contre-performance

Revue du Pta 2019 au ministère de la Culture : Plus de responsabilité pour lever la contre-performance

Mauvaise performance au ministère Tu tourisme, de la Culture et des arts au 30 septembre dernier. C’est ce qu’a révélé l’autorité ministérielle, Babalola Jean Michel Hervé Abimbola hier dans son discours d’ouverture, hier jeudi 10 octobre, de la revue de la mise en œuvre du Plan de travail annuel (Pta) 2019 dudit département. 

Par Sêmèvo B. AGBON

30,25% base engagement et 5,92% base ordonnancement. Environ 8% donc d’exécution physique. Tel est, au 30 septembre 2019, le taux d’exécution financière du budget national alloué au secteur du tourisme hors dépenses de personnel et hors transfert en capital au profit de l’Agence nationale pour la promotion du tourisme (Anpt). Quant au secteur de la culture et des arts, la situation est meilleure. Le taux d’exécution financière dans ces secteurs étant effet estimé à 33,10% base engagement et 15,55% base ordonnancement contre un taux d’exécution physique de 13,51%. Abimbola n’est donc pas fier. « Comme vous le constatez, ces taux affichés au 30 septembre 2019 ne traduisent encore en rien une bonne performance ; ils sont même très loin des attentes », a-t-il fait observer aux cadres de son département présents à l’ouverture de la Revue.

Nécessité donc de redoubler d’ardeur « pour qu’au soir du 31 décembre 2019, nos statistiques se soient nettement améliorées dans l’intérêt de nos populations ». Pour y arriver Abimbola a exhorté ses collaborateurs à l’« examen minutieux de la performance de chaque unité administrative, examen à partir duquel des mesures appropriées seront proposées et mises en œuvre pour de meilleurs résultats en fin d’exercice budgétaire ».

Pour inciter à l’action ses proches, il leur a rappelé la place stratégique qu’occupent les secteurs tourisme, culture et arts dans le Programme d’action du gouvernement (Pag). Les ambitions du gouvernement pour ces secteurs « sont immenses et aussi grandes que les attentes que les populations y placent légitimement », a-t-il souligné. Mais « potentiel de compétences » ne manque pas pour relever ce défi, s’est-il réjoui. Il ne reste qu’à l’exprimer, a-t-il poursuivi.

La revue du Pta participe de la Gestion axée sur les résultats. Elle offre l’occasion de faire l’état des lieux pour appréhender les principaux problèmes qui minent le bon fonctionnement du ministère. C’est la toute première pour ce département au titre de 2019. Abimbola a vivement souhaité que cet exercice soit « une occasion d’échanges entre les acteurs pour étudier les résultats obtenus, apprécier les taux de consommation des crédits et les niveaux d’exécution physique des activités. Il sera aussi le lieu de relever les difficultés rencontrées et de tirer les leçons nécessaires en vue de la définition de mesures correctives dans la perspective de la réalisation d’une bonne performance au terme de l’exercice budgétaire en cours, gage de la contribution significative de notre département ministériel à l’atteinte des objectifs de création d’emplois, de création de richesses et de réductions de la pauvreté ».

Laisser un commentaire

Top