Vous êtes ici
Accueil > Actualité > S. Sènammi Ainegnon, juriste-privatiste a/s violences faites aux hommes : « Les sanctions que prévoient le législateur sont les mêmes  que lorsqu’il y a violences faites aux femmes »

S. Sènammi Ainegnon, juriste-privatiste a/s violences faites aux hommes : « Les sanctions que prévoient le législateur sont les mêmes  que lorsqu’il y a violences faites aux femmes »

Les violences sur le genre n’épargnent pas les hommes. Quoique peu débattu, le sujet compte des victimes qui n’en parlent pas elles-mêmes. Une triste réalité, reconnait le juriste-privatiste Saturnin Sènammi Ainegnon, qui indique que s’il n’y a pas de dénonciation de ce phénomène, cela est dû à la honte qu’éprouvent les hommes. Un silence qu’il appelle les hommes à briser afin d’obtenir justice.

Propos recueillis par Simplice Olatoyé ADEYEMI (Stag.)

Bénin intelligent : Qu’est-ce que les violences faites aux hommes ?

Saturnin Sènammi Ainegnon : Les violences faites aux hommes, ça parait un peu imprécis sur ce que nous recherchons. Par définition, la violence de façon générale renvoie à des comportements et des actions physiques consistant dans l’emploi de la force contre quelqu’un avec les dommages physiques que cela entraine. S’agissant de la contextualisation de notre thème, il convient juste de comprendre que la violence dont nous traitons ici est une violence conjugale. Une violence dont certains hommes sont victimes dans leurs foyers.

On en parle peu dans notre société. Est-ce à dire que cela n’est pas légion ou n’existe pas ?

Les violences faites aux hommes sont bel et bien une triste réalité. Si l’on entend peu parler de cela, c’est simplement selon moi parce que les hommes ont honte. Honte de ce que diront les autres, les moqueries et autres. N’oublions pas que nous sommes dans une société où l’homme est le chef du foyer et doit avoir toujours le dernier mot. Tous ces facteurs et bien d’autres font que les hommes ont honte de dénoncer. Aussi, nous sommes en Afrique, certaines femmes usent d’œuvres malsaines (sorcellerie, maraboutage, ‘’boo’’, etc.) pour dominer leur mari. Ainsi, excusez-moi le terme, l’homme devient comme un mouton ; il est rendu ignorant et inconscient. Il est réduit à l’état d’esclavage. Les victimes gardent le silence à cause de la société, nos us et coutumes.

Quelles peuvent être les causes des violences faites aux hommes ?

Les causes des violences conjugales sont multiples. Nous avons la jalousie qui est généralement au cœur de ce fléau qui détruit la vie de couple et met en péril l’avenir des enfants. Il y a aussi le manque de communication. Pour tout couple voulant réussir leur vie, il faut une bonne communication entre les époux.

N’y a-t-il pas un endroit où les hommes victimes peuvent aller dénoncer les faits ?

Bien évidemment, les hommes victimes de violences conjugales ont le droit de dénoncer afin d’obtenir justice. Mais comme je vous l’ai dit, ça fait un peu honte. L’homme victime de violence conjugale se dit « comment les gens vont me regarder ? Par quoi vais-je commencer ? » Si non il y a des exemples, des hommes qui ont porté plainte parce qu’ils étaient victimes de violences conjugales. Si vous le voulez, vous pouvez trouver des jurisprudences qui traitent de ces faits qui sont plus qu’une vérité.
Que prévoient les textes pour les auteurs ?
Les sanctions que prévoient le législateur sont les mêmes que lorsqu’il y a violence faites aux femmes. Aujourd’hui nous prônons et chantons tous l’hymne de la parité. Les constitutions et les textes relatifs aux droits de l’homme prônent l’égalité de tous devant la loi.

Votre mot de la fin !

Je tiens à vous remercier, et demander aux hommes, victimes de violences conjugales, de briser le silence en portant plainte afin d’obtenir justice.

Laisser un commentaire

Top