Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Sacrée Miss tourism world Africa 2019 : Uguette D. Tognizoun s’engage pour le tourisme africain

Sacrée Miss tourism world Africa 2019 : Uguette D. Tognizoun s’engage pour le tourisme africain

Amélé Uguette Diane Tognizoun, sacrée Miss tourism world Africa 2019 en Croatie a été reçue à son retour, lundi 3 juin, à l’aéroport international Cardinal Bernardin Gantin de Cotonou. Occasion pour elle et son manager de décliner aux médias, les valeurs qui ont permis cette victoire et l’étape suivante.

Par Sêmèvo Bonaventure AGBON

Environ 22 heures à l’aéroport international de Cotonou ce lundi 3 juin. Après un long moment d’attente, Amélé Uguette Diane Tognizoun apparaît enfin, brandissant le drapeau vert-jaune-rouge qui dansait au rythme du vent glacial. Elle revenait ainsi de la Croatie où elle a participé au ‘’Miss Tourism world’’ le samedi 1er juin dans la ville de Porec. Un collège de parents, d’amis, de journalistes et une troupe de Guèlèdè l’attendaient impatiemment du côté du parking des taxis de l’aéroport. S’ensuivra alors un moment de chaleureuses accolades et d’étreintes sous les projecteurs des caméras. On murmure aux oreilles de la Miss : « Félicitations ! Kwabo (bon retour) ». Débordée de joie, elle, Amélé Uguette Diane Tognizoun répond « Merci » avec un sourire enchanteur. Sans oublier un merci spécial à son père. « A chaque fois ‘’vas-y je te soutiens, tu vas y arriver’’, me disait-il », rapporte la Miss qui profite pour lancer un appel à tous les parents « de réellement soutenir leurs enfants.

La Miss se confie après aux journalistes. Elle rappelle les difficultés qui ont jalonné son aventure, notamment celle d’obtenir le visa Croate, ce qui a empêché beaucoup de pays d’y participer. Elle indique aussi ce qui a bien pu permettre au Bénin de gagner ce titre fabuleux. Elle part de l’objectif de l’événement pour répondre. Il s’agissait, en effet, de révéler le patrimoine culturel et touristique de son pays. « Ce que j’ai vendu : tout le temps j’étais en pagne ‘’kanvo’’. Ils m’ont demandé où cela se fabrique, je répondais au Bénin. Même ma coiffure respirait mon pays. On a vraiment lu l’Afrique en moi », a-t-elle expliqué. « La compétition était vraiment rigoureuse », a-t-elle témoigné. « Tout ce que nous avons fait là-bas était béninois (culture, art vestimentaire). Certaines personnes connaissent le Vodoun mais ne savent pas qu’il vient du Bénin. Nous avons fait des plaquettes descriptives sur nos sites touristiques que nous avons distribuées », a renchéri plus tard son manager, Giscard Adjakpo, promoteur de l’agence ‘’Igwet’’ qui a accompagné la miss.

Désormais auréolée de ce titre, la Miss se lancera dans un projet continental de valorisation de la culture et du tourisme. « Je représente maintenant l’Afrique. J’exécuterai un projet qui ne sera pas typiquement béninois mais africain, un projet de promotion du tourisme, parler de nos sites et valeurs touristiques. Ensuite nous allons entamer une tournée africaine. Nous travaillerons également avec la miss world, qui est de l’Australie », a annoncé Uguette Diane Tognizoun.

Ce que gagnera notamment le Bénin, c’est de la visibilité internationale. La Miss et son manager n’ont pas caché qui leur a été souvent embêtant voire énervant de devoir situer leur pays à partir du Nigéria. « Les gens ne connaissent pas le Bénin. Il fallait présenter le Bénin en prenant comme repère le Nigéria. D’autre n’en ont jamais entendu parler », lâche Giscard Adjakpo. Grâce à ce titre, ce petit pays ouest-africain suscite déjà de l’intérêt. « Donc c’était une occasion en or de vendre notre beau pays le Bénin à tout ce beau monde. Nous avons impacté par notre participation. Notre culture est très appréciée… Nous avons rencontré des autorités qui ont promis venir découvrir le Bénin pour savoir ce qui s’y passe en matière de culture. Les regards sont désormais tournés vers le Bénin. Les gens sont déjà excités de le connaître », a rassuré ce dernier. Et de conclure que « le pays peut capitaliser en donnant de la valeur à ce titre ».

Fondu en remerciements à l’endroit de tous ses soutiens, dont le ministère des affaires étrangères, le directeur du Ciment bouclier et le directeur du Fond des arts et de la culture (Fac), la Miss Tourisme World Africa 2019 espère plus d’accompagnement pour la mise en valeur de son titre. « Qu’on nous accompagne, qu’on croit en la jeunesse », a plaidé son manager, Giscard Adjakpo. La compétition réunissait 51 pays dont 6 africains et plus de 80 candidates venues de par le monde.

Laisser un commentaire

Top