Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Sagesse du Fa/Gbéwin-alin : Plus près des sages

Sagesse du Fa/Gbéwin-alin : Plus près des sages

Imbus des couleurs de la modernité, les jeunes n’aiment plus tellement rester près des vieux (sages) pour bénéficier de leurs conseils et expériences. Aller à l’école des grands, c’est ce que recommande le Fadù du jour : ‘’Gbéwin-alin’’. Le récit est fait par le prêtre du Fa, Bokonon Ahouanmlangni.

Recueillis et traduit par B. Yélian KINTOHOU (Coll.)

Le Crocodile, le Lézard et le Margouillat étaient des frères. Que s’était-il passé pour que le Crocodile se retrouva à habiter dans l’eau ?

Leur père, Gbéwin-alin détenait un pouvoir particulier. Dans le village entier, il passait pour un ‘’faiseur de pluie’’ capable donc retenir la pluie de tomber pendant des jours. Mintolonfin le sollicitait alors souvent lors de ses grandes cérémonies pour ce pouvoir météorologique.

Des trois enfants, le Crocodile était celui qui éprouvait pour son géniteur, un amour intense et exceptionnel. Il l’accompagnait chaque fois aux différentes manifestations. Des années passèrent et Gbéwin-alin vint au soir de sa vie. Les maladies liées à la sénescence commencèrent alors à le torturer. Il ne trouva que le Crocodile pour lui témoigner assistance, aide et affectation. Les autres enfants ne songèrent même pas à lui présenter leurs salutations. Comme le Crocodile était toujours à son chevet, Gbéwin-alin lui légua le pouvoir de ‘’faiseur de pluie’’. Pouvoir qui était aussi convoité par les deux autres frères.

Bokonon Ahouanmlangni

Un jour, leur père trépassa. Mintolonfin organisa de nouveau une ‘’xwétanou’’ (solennité annuelle). Il convoqua les trois enfants de Gbéwin-alin. « A qui votre père a-t-il laissé le pouvoir de ‘’faiseur de pluie’’ ? » leur demanda-t-il. Une question qui intimida les frères du Crocodile. Mais ce dernier répondit sereinement : « à moi, Mintolonfin ». Pour le tester, Mintolonfin lui demanda d’énumérer ce qu’exigeait son père avant d’empêcher la pluie. Le Crocodile dressa fidèlement la liste. Ce fut la honte et la jalousie chez le Lézard et le Margouillat. Après la cérémonie au cours de laquelle le Crocodile s’était appliqué à empêcher la pluie, ses frères lui déclarèrent la guerre. Car, Mintolonfin content, l’avait couvert de bien de cadeaux.

Un jour, alors que le nouveau faiseur de pluie était tranquille chez lui, ses frères firent irruption dans sa maison munis de hache et machette. Objectif : le tuer. Le Crocodile prit ses jambes à son cou. Dans sa fuite, il arriva à un marigot au fond duquel il se glissa, profondément. Ces frères restèrent bloqués au bord du marigot. Le Crocodile se mit à chanter. A travers la chanson, il leur signifiait qu’il n’avait plus de frères. Le Margouillat tenta de braver l’eau et mourut. Le Lézard quant à lui peut passer parfois à la surface du marigot sans jamais aller au fond.

Voilà pourquoi le Crocodile réside désormais (au fond) dans le marigot.

Leçon : Deux constats se dégagent de ce récit. D’abord, Gbéwin-alin recommande aux enfants, aux jeunes de rester auprès des anciens pour apprendre d’eux, la sagesse, les secrets de la vie. Ensuite, d’éviter les querelles autour de l’héritage qui conduisent souvent les familles dans la déchéance.

 

Laisser un commentaire

Top