Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Sagesse du Fâ/ ”Lètaïgbé” : Pour un foyer prospère…

Sagesse du Fâ/ ”Lètaïgbé” : Pour un foyer prospère…

La prospérité d’un couple dépend de l’harmonie des conjoints. Or, bon nombre de foyers, peut-être sans le savoir, doivent leur souffrance et pauvreté aux querelles, irrespect, imprécations, dissensions qui les caractérisent.  C’est ce que nous verrons avec le Fadù du jours : ‘’Lètaïgbé’’. Le Bokonon Monlabi a assuré le récit.

Recueillis et traduit par Barnabé Y. KINTOHOU (Coll.)

« Le Crabe et sa femme vivaient dans une bonne ambiance mais ils étaient sans habitat. Un jour, le crabe eut l’idée de construire une case en terre battue. Il en informa sa femme qui l’approuva. Le mari mobilisa alors ses amis pour l’aider dans cette tâche. Un jour fut retenu pour les travaux. Lorsque l’échéance arriva, tous les travailleurs vinrent tôt le matin chez le Crabe. C’était un jour de marché où la femme du Crabe aimait commercialiser de l’akassa. Pendant que les amis du Crabe travaillaient à la construction de leur habitat, elle prit le chemin du marché. Son époux insista qu’elle nourrisse d’abord les travailleurs avant de partir pour le marché. Alors qu’elle pouvait, sur ce, servir simplement aux amis du Crabe de l’akassa avec du ‘’monyo’’, elle opposa un refus catégorique sous prétexte d’être en retard. Aller vendre était-il plus important que se doter d’un habitat ? Son mari qui ne comprenait pas sa réaction, se mit à proférer des imprécations. « Aucun client n’achètera ton akassa au marché si tu ne fais pas manger à mes travailleurs », menaça-t-il, tout fâché. La femme rétorqua automatiquement : « Si je reviens du marché sans avoir vendu mes akassas, ta case construite, s’écroulera le même jour ». Ainsi les deux se sont maudits. Au marché, la femme du Crabe ne vendit même pas un seul akassa jusqu’au soir. Elle dut se retourner. La construction était déjà terminée. Malheureusement, le ciel changea de visage et une forte pluie s’est abattue sur le village. La nouvelle case fut donc complètement détruite par la tornade. C’est pourquoi jusqu’à ce jour les crabes restent sans abri, on les voit se promener dans les basfonds. »

Leçon : Le foyer n’est pas un enfer, il ne devrait pas non plus être un champ de bataille, de désobéissance ou d’imprécations mutuelles entre mari et femme. Faites donc très attention à ce que vous dites à votre époux ou épouse surtout quand vous êtes en colère. Tout mal que vous souhaitez à l’autre, même par blague, peut facilement se réaliser.

Laisser un commentaire

Top