Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Sagesse du Fâ/Troukpin-boyi : Au lieu de jalouser la réussite de l’autre…

Sagesse du Fâ/Troukpin-boyi : Au lieu de jalouser la réussite de l’autre…

Au lieu de jalouser la réussite de notre prochain au point de lui vouloir du mal, il vaut mieux s’inspirer de ses expériences, aller à son école. C’est ce que conseille le Fadù du jour ‘’Troukpin-boyi’’ raconté par Bokonon Dongoudou de Hlagba Ouassa, département du Zou.

Recueillis et traduit par Barnabé Yélian KINTOHOU (Coll.)

Ce Fagléta met en scène le roi d’Avognikotomin et son homologue de Ratomin. Leurs villages étaient séparés par une rivière et les deux vivaient dans une amitié irréprochable à tel enseigne que l’un demandait à être enterré chez l’autre à sa mort et vice-versa. Pourtant, la jalousie mortelle de l’un allait empoisonner leur belle entente. Et comment ?

Le roi d’Avognikotomin dirigeait son village avec rigueur et une vision claire. Conséquence, sa population vivait heureuse et le respectait. Des infrastructures sociales aux besoins vitaux en passant par la sécurité, ses sujets ne manquaient de rien. Par contre, les habitants de Ratomin végétaient dans un dénuement total. La souffrance et le sous-développement caractérisaient leur village. Personne ne parlait en bien du roi de Ratomin pendant que son homologue était chanté par tous les villages voisins. La jalousie atteignit alors le roi de Ratomin. Un projet mortel fut alors ourdi contre Avognikotomin-hossou. Une trentaine de jeunes garçons robustes furent enrôlés pour l’assassiner.

L’innocent eut de terribles songes et des nuits cauchemardesques. Ce qui le conduit à consulter l’oracle. « N’escorte plus personne » lui déconseilla le Bokonon à l’apparition du signe ‘’Troukpin-boyi’’. « Un complot bien préparé te guette » s’est-il justifié. Le jour de l’opération vint et Ratomin-hossou rendit visite à son homologue Avognikotomin-hossou. Les jeunes gens armés de machettes étaient positionnés au bord de la rivière. Le plan était de donner la mort à Avognikotomin-hossou quand celui-ci aura raccompagné son homologue.

Etant averti par le Fâ, le roi d’Avognikotomin ne quitta pas son palais pour escorter son ami. Plan déjoué ! A sa place, le comploteur mourut. Les jeunes crurent abattre le roi d’Avognikotomin-hossou. Erreur ! La nuit les a trompés. Il fut enterré dans le village de son homologue.

Leçon : Plutôt que de jalouser notre prochain au point de lui vouloir du mal, il vaut mieux s’inspirer de ses expériences de réussite, aller à son école.

Laisser un commentaire

Top