Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Sakété : L’orphelinat « Cité des enfants » fermé (Les promoteurs indélicats risquent gros)

Sakété : L’orphelinat « Cité des enfants » fermé (Les promoteurs indélicats risquent gros)

Dans l’après-midi du mercredi 13 janvier, l’orphelinat « Cité des enfants » de la Fondation universelle pour la paix et le développement (Fupd), sis à Takon, dans la commune de Sakété a été mis sous scellé. Motif, non-respect des dispositions en la matière.

Par Raymond FALADE

Portes closes pour l’orphelinat « Cité des enfants ». Conformément aux exigences du décret n° 2012-416 du 6 novembre 2012, il est mis « fin aux activités de cet orphelinat jusqu’à nouvel ordre ». C’est une action conjointe de la ministre des Affaires sociales et de la microfinance Véronique Tognifodé, le Garde des sceaux, ministre de la Justice et de la législation Sévérin Maxime Quenum accompagnés du Procureur de la république et des agents de la Police républicaine. L’opération est un signal fort à l’endroit des promoteurs indélicats de Cape qui continuent de résister au respect des textes en vigueur.

A l’occasion, la ministre Tognifodé a rappelé les différentes démarches menées depuis l’étape d’inspection, de la vérification jusqu’à la fermeture. Et de rassurer que des dispositions ont été prises pour que les enfants qui étaient dans ce centre soient transférés ailleurs pour une prise en charge adéquate. D’autres centres sont sur la liste rouge et subiront le même sort très prochainement a-t-elle annoncé. Car, précise-t-elle, « la protection de l’enfant est un secteur qui tient à cœur au gouvernement du président Patrice Talon ».

Le Garde des sceaux a indiqué, quant à lui, qu’en dehors de la fermeture, les promoteurs de ces centres sont exposés à des sanctions pénales. Il a réaffirmé la détermination du gouvernement à ne plus laisser le désordre perdurer dans ce secteur.

La délégation ministérielle, avant de quitter Sakété, s’est rendue dans le Cape qui accueille désormais les pensionnaires du centre fermé pour s’assurer qu’ils se portent très bien.

Les autorités ont donc la preuve que malgré les recommandations, avertissements et mises en garde faits par les services compétents de l’Etat dans le cadre de l’assainissement des Centres d’accueil et de protection des enfants (Cape), des promoteurs continuent de résister. 

Laisser un commentaire

Top