Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Samou Adambi à propos de l’accès à l’eau potable : « … Il y a une nette amélioration »

Samou Adambi à propos de l’accès à l’eau potable : « … Il y a une nette amélioration »

Le ministre de l’Eau et des mines, Samou Seidou Adambi a été reçu le dimanche 15 septembre sur l’émission Zone Franche de la télévision Canal 3. Avec les journalistes André Dossa et Christian Adandédjan, plusieurs sujets ont été abordés dont l’approvisionnement en eau potable au Bénin.

Par R.F. (Stag.)

« Je voudrais rappeler qu’en 2016 au moment où le président Patrice Talon prenait le pouvoir, il était difficile d’avoir de l’eau potable disponible même à Cotonou.  Aujourd’hui, nous n’allons pas dire que tout est bon mais il y a une nette amélioration. Que ça soit à Djougou, à Parakou, à Abomey-Calavi, à Cotonou, à Sèmè ou Porto-Novo, dans ces grandes zones de concentration, nous nous sommes fixés comme objectif, que d’ici 2021 l’eau soit ce qui a de plus disponible ». Ainsi ce résume l’ambition et les avancées du gouvernement de la Rupture pour l’accès à l’eau potable au Bénin. De grandes prouesses ont été donc réalisées dans la fourniture d’eau potable à la population depuis 2016. Les quelques perturbations constatées parfois dans la fourniture ne sont pas de nature à inquiéter ; c’est pour la bonne cause, rassure Adambi. « Si vous notez parfois des coupures d’eau dans certaines de ces zones comme Abomey-Calavi, c’est que des travaux sont en cours et ces travaux sont prévus pour être terminés au plus tard fin mars 2020 pour la première phase », a-t-il justifié. Pour la seconde phase, l’appel d’offres est lancé. Les ressources sont mobilisées. Il reste le volet extension, a-t-il ajouté. Pour le compte de Cotonou, « c’est très rare qu’il ait coupure de plus de 24h et c’est dû aux problèmes liés aux travaux en cours au niveau du ministère du cadre de vie et du ministère des infrastructures également », a clarifié Samou Adambi. Selon ses explications, « quand les casses interviennent, il faut les identifier et les réparer. Parfois cela prend 24h », s’est-il désolé. D’ici 2021 réellement, les grandes agglomérations à savoir le grand Cotonou et Porto-Novo, le plateau d’Abomey à savoir Abomey, Bohicon, Agbangnizoun, Za-kpota, Djidja et Zogbodomey, l’ensemble de ces communes vont sortir de ces difficultés », a-t-il promisprédit

Tous les abonnés de la Soneb ont l’eau 24h/24 parce que l’alimentation a été renforcée. En ce qui concerne la mobilisation de ressources, la Soneb est passée de 400 m3/heure à 1550m3/heure. Il reste maintenant l’extension. Cette première phase qui a consisté à mobiliser la ressource, a permis de renforcer les infrastructures de conduit de l’eau au niveau des châteaux, des bâches et autres installés à Abomey et Bohicon. Le chantier est à 90% d’exécution. La seconde phase consiste à relier l’ensemble de ces communes et à aller maintenant vers les populations avec l’eau.  C’est la phase d’extension. Elle est prévue pour démarrer en novembre prochain. À Parakou, les travaux ont atteint 95% du taux d’exécution. Le chantier sera livré d’ici fin octobre 2019 a rassuré le ministre. Les travaux à Djougou sont terminés et réceptionnés depuis 2018 et ce sont les abonnements qui sont actuellement en cours. De 120 000f Cfa, le Bénin est revenu à 50 000 Fcfa pour permettre à un grand nombre de pouvoir réellement s’abonner. Malgré cela, il a été constaté que les populations ont du mal à s’abonner d’un seul coup. C’est pourquoi il a été décidé de mettre en place un système de payement par échéancier. L’abonné peut donc décider de payer 2500 Fcfa par mois jusqu’à épuisement des 50 000 Fcfa des frais d’abonnement. Ces travaux permettront à la Soneb d’avoir de nouveaux abonnés estimés à plus de deux millions selon le ministre. « Fin décembre 2019, nous allons passer de 55 à 68% de taux de couverture en milieu urbain ” a-t-il insisté.

En 2020, d’autres communes du Bénin bénéficieront des infrastructures dans ce domaine. Mais ce ne sera plus Glazoué ou Dassa. A en croire le ministre, le problème ne se pose plus. Toutefois, « d’autres travaux sont en cours à Savè, Glazoué et Dassa et qui permettront à ce que ces zones n’aient plus ces difficultés sur tout au moins 50 ans. Par rapport à Savalou, le contrat a été signé la semaine dernière. La ressource est déjà mobilisée. Tout ce qu’il reste c’est le branchement. Ce sont des forages qui ont été faits de part et d’autre pour qu’on puisse avoir la quantité d’eau dont on a besoin. Il faut maintenant brancher tous ces forages et les ramener à la station de traitement de la Soneb qui en fera la distribution ». Tout en saluant les efforts des gouvernements précédents, le ministre Samou Adambi a fait savoir qu’il fallait des investissements massifs. Et parlant d’investissements massifs, « c’est environ 800 milliards de Fcfa qu’il faut investir en milieu urbain et environ 350 milliards de Fcfa en milieu rural. Ce qui fait un total de 1000 milliards Fcfa qu’il faut investir dans l’intervalle de trois ans pour que tous les Béninois aient accès à l’eau potable au 31 décembre 2021.

Laisser un commentaire

Top