Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Santé : Les médecins optent pour leur propre assurance maladie

Santé : Les médecins optent pour leur propre assurance maladie

L’Ordre national des médecins du Bénin a tenu, samedi 12 septembre, sa deuxième assemblée générale ordinaire. La rencontre a permis aux participants de faire le point des activités menées au cours de la période et de passer en revue les réformes du gouvernement dans le secteur de la santé. Pour des raisons liées au coronavirus, cette assemblée générale n’a pas été une rencontre présentielle pour tous.

Par Raymond FALADE

Il a été question au cours de cette assise de confirmer la cohésion retrouvée au niveau de l’ensemble des médecins, selon le président de l’Ordre national des médecins du Bénin Francis Dossou. Car dit-il, les médecins nourrissent l’ambition de rendre fort leur organisation. « L’Ordre national des médecins du Bénin rêve d’être en 2022 un Ordre fort, visible, respecté et proactif », a rencheri le docteur Chabi Eriolla, secrétaire de l’Onmb dans le département de l’Atlantique. Les médecins ont plaidé pour une assurance maladie. « Il faut que nous voyions dans quelle mesure nous pouvons mettre cela en application », a lâché le président.

Plusieurs communications ont marqué cette assemblée générale ordinaire dont une sur les réformes dans le secteur de la Santé animée par le ministre Benjamin Hounkpatin.

Les attentes de l’Ordre

Pour le docteur Chabi Eriolla, c’était l’occasion de faire le point des avancées de concert avec leur ministre de tutelle. « Nous profitons pour dire à la population que les médecins s’arment de plus en plus pour les servir et leur donner une prestation de qualité. C’est le lieu de rappeler aux confrères que les réformes qui ont été menées par le gouvernement, certes sont difficiles mais salutaires », a-t-elle déclaré avant de saluer tous ses collègues qui ont contribué à l’amélioration des soins de santé offerts aux populations ainsi que des recettes au niveau des hôpitaux béninois.

Toutefois, note Chabi Eriolla, tout n’est pas rose. « Nous avons des plaidoyers que nous avons formulés pour améliorer nos conditions d’exercice », a-t-elle confié. Sur ce, des recommandations ont été faites afin qu’ensemble, des solutions soient trouvées pour le bien-être de la population et du médecin au Bénin.

Laisser un commentaire

Top