Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Sauvegarde des montagnes : État et société civile engagés

Sauvegarde des montagnes : État et société civile engagés

L’édition 2019 de la célébration de la journée internationale de la montagne (Jim) mobilise à Natitingou, l’État et les acteurs de la société civile autour du Consortium JIM; une journée scientifique est dédiée au thème “Les montagnes sont importantes pour les jeunes”.

Par C. P. ALOMAKPE

Depuis le 9 décembre 2019, la commune de Natitingou accueille les activités initiées par le consortium JIM pour célébrer la Journée Internationale de la Montagne. A la suite de la fête des 75 ans de l’arrivée des Assemblées de Dieu dans la région nord-ouest du Bénin, du vernissage de l’exposition sur les œuvres d’art plastique révélant les peuples et paysages des montagnes, et enfin de la randonnée pédestre dans les montagnes dénommée “Patrouille de l’ouest”, les organisations membres du consortium JIM prennent langue avec le public et ce, sous la bénédiction de l’État béninois à travers la préfecture de l’Atacora, le Ministère du Cadre de Vie et du Développement Durable (Mcvdd) et le Conseil communal. Ensemble et déterminés par la cause commune se résumant aussi bien à l’idée de la restauration du couvert végétal des montagnes qu’à la protection de cet écosystème, sans oublier les communautés qui habitent ces régions accidentées, ces acteurs publics-privés ont saisi l’occasion pour faire l’état des lieux des défis et enjeux relatifs à leur cause. Ils se sont communiés. Ils se sont engagés pour conjuguer les efforts et rester en synergie d’action afin de sauver les montagnes du Bénin. Les défis à eux sont connus, à entendre Michel Nahouan, membre du consortium JIM : les dégradations, le désensablement, l’abattage sauvage des arbres, les feux sauvages de brousse, le changement climatique, la désertification progressive. Face à ces défis, la journée du 11 décembre 2019 a été dédiée aux scientifiques qui ont confronté leurs savoirs et pratiques sur les questions de la protection de l’écosystème de la montagne. Dans cette perspective, trois communicateurs ont présenté les fruits de leurs réflexions. Il s’agit du capitaine et membre de l’équipe d’inspection forestière Atacora, Josly Koulodji (Gestion des feux de végétation et dispositions réglementaires pour la chasse), de l’Abbé et Directeur du collège catholique de Boukoumbé, Victorin YEKOU (De la confrontation à une réconciliation indispensable entre l’homme et la nature) et du Promoteur du Centre CFL/EPAL, Heinrich Roth (Les stratégies de rétention de l’eau contre la déforestation et le désensablement). Leurs travaux ont édifié les participants en ce qui concerne la réglementation des activités des populations dans le domaine de la chasse, de l’agriculture et de l’usage des bois d’une part et les pratiques simples pour la rétention de l’eau, la restauration du couvert végétal d’autre part. Essentiellement, les esprits étaient fixés sur la responsabilité de l’homme à sauver son environnement. Le mot d’autre serait donc le sursaut d’une conscience collective des hommes pour protéger la nature.

C’est dans cette fibre de pensées que les autorités présentes à la rencontre officielle de célébration de la Journée Internationale de la Montagne 2019 ont exprimé leurs propos. Elles ont toutes reconnue que l’environnement et surtout les montagnes, c’est la vie car, source de l’eau. Mieux elles ont réitéré leur engagement à accompagner l’organisation de la JIM, y compris ses activités qui participeront à la lutte contre les dégradations dues au changement climatique, la pauvreté des populations qui habitent les montagnes. Déjà, le Ministère du Cadre de Vie et du Développement Durable les invite à recevoir les fruits des actions du gouvernement. Porte-parole circonstanciel de ces bénéficiaires, Monique Docquegnies , membre du consortium JIM rappelle les axes de collaboration entre les différents partenaires de cette cause des montagnes : Axe Environnement (reboisement, protection, mesures); Axe Culture et Tradition (revalorisation, transmission des valeurs endogènes de protection de l’environnement); Axe Développement Économie verte (écotourisme, nouveaux métiers, formations) ; Axe Coordination pour favoriser la mise en commun et les partenariats multiformes.

Laisser un commentaire

Top