Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Sécurité alimentaire et nutrition : Un nouveau projet au profit des petits exploitants agricoles

Sécurité alimentaire et nutrition : Un nouveau projet au profit des petits exploitants agricoles

« Accroître la productivité de l’eau pour une production agricole durable sensible à la nutrition et améliorer la sécurité alimentaire ». C’est l’intitulé d’un nouveau projet porté par l’Organisation des Nations-Unies pour l’alimentation et l’agriculture (Fao) en partenariat avec le gouvernement du Bénin et le Fonds international du développement agricole (Fida). L’atelier de lancement de ce projet s’est déroulé le jeudi 11 mars à Cotonou en présentielle et sur Zoom.

Par Raymond FALADE

L’eau est l’un des principaux intrants de la production agricole et un élément essentiel pour la réalisation de plusieurs Objectifs de développement durable (Odd). Pour une transformation nécessaire et souhaitable de l’agriculture, il est urgent d’unifier les différentes aspirations des Odd telles que l’efficacité de l’utilisation de l’eau, l’augmentation de la productivité agricole et des revenus des petits exploitants et l’élimination de tous les types de malnutrition. Ainsi, mettre fin à la faim et à toutes les formes de malnutrition nécessite des efforts concertés pour améliorer l’efficacité et la productivité dans l’utilisation de l’eau et d’autres ressources, dans une optique nutritionnelle.

Selon les explications du représentant par intérim de la Fao au Benin, Sukati Mphumuzi, ce projet a une durée de trois ans et couvre six pays à savoir le Bénin, le Rwanda, le Mozambique, le Niger, l’Égypte et la Jordanie. Il entend renforcer les capacités des petits exploitants agricoles en vue de l’adoption d’une gestion durable de l’eau et des pratiques agricoles sensibles à la nutrition qui, à leur tour, augmenteront leur productivité, leurs revenus et leur statut nutritionnelle. Pour la mise en œuvre des activités de ce projet dans les six pays concernés, il a été sollicité un budget à la Fida dont le montant s’élève à plus de 1,1 milliard de Fcfa.

Ce projet cible entre 600 et 1000 petits exploitants agricoles, de 200 à 300 agents de vulgarisation, superviseurs de terrain, décideurs et techniciens dans les six pays pilotes. Pour opérer le changement de comportement des bénéficiaires, le projet favorisera une approche plus intégrée de « plus de nutriments et de meilleures perspectives économiques par goutte », à travers le développement d’un outil et de lignes directrices pour estimer comment le choix des cultures, la gestion de l’eau et les meilleures pratiques agricoles peuvent être modifiés afin d’assurer la production de cultures à haute densité nutritionnelle et diversification des cultures.

Le choix de l’initiation d’un tel type de projet tient au constat selon lequel les statistiques mondiales montrent que l’agriculture est le plus gros utilisateur d’eau représentant ainsi environ 70% du total des prélèvements d’eau douce dans le monde. Face à la pénurie d’eau croissante amplifiée par la concurrence intersectorielle croissante, le changement climatique, la croissance démographique rapide et les changements dans les habitudes alimentaires associés à une forte prévalence de la triple malnutrition, il est nécessaire de déployer des efforts concertés pour résoudre le problème de l’efficacité et de la productivité des productions agricole avec un objectif nutritionnel.

Ledit atelier a pour but donc selon le représentant de la Fao Sukati Mphumuzi, de « présenter officiellement le projet aux acteurs concernés du secteur agricole et recueillir des informations contextuelles précieuses qui guideront sa mise en œuvre ». Ainsi, il sera identifié les principales pratiques et besoins agricoles locaux, les besoins en eau, les lacunes en matière de données, les zones cibles potentielles et les principaux points d’entrée pour les plans et stratégies de développement agricole et rural.

Pour le directeur de pays du Fida au Bénin, représenté par le chef projet Padaam, Olivier Serge Akpovo, ce projet conjoint de la Fao et du Fida fournira une occasion supplémentaire de soutenir les stratégies et les efforts du gouvernement du Bénin pour améliorer la nutrition, la sécurité alimentaire et la résilience. Il appuiera les efforts du Fida au Bénin avec une communication sur les Projets appuyés par le Fida au Bénin et surtout sur le rôle des partenaires / agences d’exécution pour intégrer la nutrition et les pratiques agricoles sensibles au climat dans ses opérations.

Laisser un commentaire

Top