Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Situation de l’enfant : Changement social Bénin et ses partenaires font le diagnostic

Situation de l’enfant : Changement social Bénin et ses partenaires font le diagnostic

La protection des enfants au Bénin préoccupe l’Ong Changement social Bénin. Avec l’appui de l’ambassade de France, elle a réuni, mercredi 12 juin à la salle polyvalente de la Chaire Unesco de l’Université d’Abomey-Calavi, des acteurs autour d’un colloque scientifique consacré à la question. L’objectif est de croiser les regards sur les défis à relever pour l’épanouissement de ces âmes fragiles.

Par Sêmèvo B. AGBON

Pourquoi malgré les textes, la situation des enfants n’est pas toujours reluisante ? Quels défis faut-il relever pour leur épanouissement au Bénin ? Telles sont les préoccupations que le colloque scientifique organisé par l’Ong Changement social Bénin compte répondre. Il est placé sur le thème « Protection de l’enfant au Bénin : des textes aux réalités ». Alexandrine Tchekessi, directrice exécutive de ladite organisation, a rappelé qu’en respect des engagements découlant de la ratifications des instruments internationaux et régionaux relatifs aux droits de l’enfant et de la résolution 60/251 de l’Assemblée générale des Nations unies instituant le mécanisme de l’Évaluation périodique universelle (Epu), le Bénin a soumis au titre du 2ème cycle de l’Epu devant le Conseil des droits de l’Homme son rapport sur la situation de satisfaction des droits. La plupart des recommandations adressées au Bénin à l’issue de l’adoption du rapport général de l’Epu porte sur la catégorie des enfants, soit plus de 27%. Un ratio, a-t-elle soutenu, « significatif d’un contexte préoccupant ». En clair, le bilan n’est pas satisfaisant malgré les efforts politiques, a conclu Adjéran Moufoutaou, représentant du recteur de l’Uac. Pour cause, les enfants continuent d’être victimes de discriminations, d’exploitation économique, de violences, etc. a déploré Jean-Michel Kasbarian, Conseiller à l’action culturelle et à la coopération de l’ambassade de France. Il urge donc d’identifier les obstacles, a souhaité dans son discours, Achoukè Hélène, représentante du Ministre de la justice.

Le colloque offre donc l’occasion de poser un diagnostic clair de la situation sécuritaire des enfants au Bénin et surtout, de dégager des orientations certaines pour relever efficacement les défis liés à la protection. « Convaincu de l’importance de la réflexion scientifique dans le développement et particulièrement la protection des droits humains, nous sommes appelés à approfondir les réflexions sur les méthodes, les bonnes pratiques à adopter pour une meilleure protection de l’enfant. Vos réflexions et propositions vont être de la plus grande utilité en vue de la mise en œuvre d’un agenda cohérent, d’une série de mesures destinées à une meilleure protection de l’enfant », a lancé Alexandrine Tchekessi aux participants.

Tout en réitérant la détermination du gouvernement à œuvrer pour la satisfaction des droits de « tous les Béninois, qu’il soit grand ou petit », la représentante du ministre des Affaires sociales, Baboni Yacoubou Sinimbou a rassuré que les résultats de ce colloque seront exploités par le gouvernement en vue d’une meilleure protection de l’enfant.

La cérémonie d’ouverture de cette rencontre soutenue par la ‘’Maison de la société civile’’ et la Chaire Unesco des droits de la personne humaine et de la démocratie, a pris fin par la communication inaugurale. Présentée par Ralmeg Drelaie David Gandaho, président du Conseil d’administration de l’Ong Changement Social Bénin (Csb), elle a porté sur le thème du colloque : « Protection de l’enfant au Bénin : des textes aux réalités ».

Précisons que pour l’épanouissement de l’enfant au Bénin, les Nations unies recommandent notamment l’adoption d’une approche transversale centrée sur les droits humains et qui vise à mettre en place un cadre stratégique pour la protection globale de l’enfant et la mise en place des mécanismes efficaces y compris des mécanismes communautaires pour protéger les enfants contre les abus, l’exploitation économique, le mariage, dont des enquêtes et la poursuite des auteurs de violence à l’égard des enfants.

 

Laisser un commentaire

Top