Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Sophie Adonon, romancière : « L’histoire et la culture béninoise forgent les intrigues»

Sophie Adonon, romancière : « L’histoire et la culture béninoise forgent les intrigues»

Sophie Adonon

La Franco-Béninoise Sophie Adonon est à nouveau en librairie. Son nouveau roman « Le salut tumulaire » paru aux Editions BéninLivres a été lancé, samedi 26 novembre à l’occasion du Salon national du livre, 4ème édition. Elle parle de la passion, qui a besoin d’être canalisée, et aussi de la place de l’histoire et de la culture dans la création littéraire.

Propos recueillis par Arnauld KASSOUIN

Bénin Intelligent : Peut-on dire de l’histoire du héros de votre roman qu’il s’inspire d’un fait réel ?

Sophie Adonon : Il faut avouer que « Le salut tumulaire » est une fiction. Les seuls éléments qui sont réels, ce sont les localités et les endroits cités dans ce dernier. Ce qui d’ailleurs est appelé la toponymie. De ce fait, il faut comprendre que les noms utilisés, les lieux ou localités représentés, tirent leur consonance de la langue ” Fon “.

Quand on sait que la passion peut parfois conduire à la dérive, peut-on toujours se fier à elle ?

Pour détruire un être humain, il n’y a rien de pire que la passion. Que cela soit en amour, en divertissement ou autres. Elle est en mesure d’amener l’Homme à accomplir de très belles choses. Mais lorsqu’elle devient dévorante ou destructrice, la raison doit intervenir pour dire « stop, on arrête ! » Il ne faudrait pas qu’elle soit autodestructrice.

LIRE AUSSI: [Réflexion du Père Gbédjinou] L’Eglise a-t-elle le droit d’avoir part à l’héritage culturel endogène ?

Quelle place accordez-vous à la culture dans vos projets de recherche et d’écriture ?

Le fait d’écrire me permet de conserver ma culture et mon histoire. J’ai grandi à la cour royale. Étant princesse d’Abomey, j’ai été nourrie à cet effet de l’histoire des rois d’Abomey. Il faut reconnaître que l’histoire et la culture béninoise forgent les intrigues.

Confirmez-vous le fait que l’homosexualité féminine s’est invitée aussi à la cours de Danxomè ?

Oui ! Je l’ai su quand j’étais adolescente. J’avais une grande tante qui a tiré sa révérence avec plus de 100 ans. Elle était la grande sœur de mon grand-père. Pour nous qui étions ses petits-enfants, elle nous a beaucoup raconté l’histoire du royaume. C’est là que j’ai recueilli une quantité importante d’informations. Même si dans le temps, je ne savais pas de quoi elle parlait. Mais avec le temps et certains reculent aujourd’hui j’ai pu comprendre beaucoup. Pour information, j’ai même été voir un descendant du roi Dako, qui m’a confirmé ce fait. Toutefois, il faut noter qu’il n’y a jamais eu de pénétration entre elles. C’était juste des attouchements.

Merci.

Laisser un commentaire

Top