Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Sortie de la crise sociopolitique : Le roi Kpodégbé d’Allada intercède et exhorte (« c’est le moment d’aller autour de la table »)

Sortie de la crise sociopolitique : Le roi Kpodégbé d’Allada intercède et exhorte (« c’est le moment d’aller autour de la table »)

La royauté se met au service du rétablissement de la paix sociale au Bénin. Samedi 13 juillet dernier, le roi Kpodégbé Toyi Djigla Lanmanfan d’Allada à la tête d’un collège d’adeptes et dignitaires des cultes endogènes, a prié pour la paix et exhorté surtout les Forces de l’opposition à saisir la main tendue du Chef de l’État.

Par Sêmèvo Bonaventure AGBON

10 heures ce samedi 13 juillet. Parés de leurs ornements sacrés, adeptes et hauts dignitaires des cultes endogènes prennent d’assaut la cour royale d’Allada. Après quelques minutes d’attente, Kpodégbé Toyi Djigla Lanmanfan sort sous l’escorte de gongs et chants rituels. Coiffé d’un parasol frappé de ses nom et emblème, le monarque avance majestueusement au milieu de la foule qui l’a encerclé en un tournemain. Trois tours de l’arbre fétiche à l’entrée du palais et le cortège s’ébranle en direction de ‘’Sinnoutin’’.

En un premier temps, des hauts dignitaires se succèdent au pupitre. Ils font l’apologie de la paix. Ils exhortent au pardon et à la réconciliation. Leurs messages et appels s’adressaient principalement au président Talon et les Forces de l’opposition. « Le Bénin est notre patrie commune. Nous devons alors militer pour que la paix y règne. Telle est la raison de notre présence au Palais d’Adjahoutô », introduit le premier. « Parlant de la paix, nous saluons la démarche du président Talon qui a invité les Opposants à son régime à une réunion de concertation », a-t-il poursuivi, allusion faite à la rencontre prévue ce jour à la Marina.

Les dignitaires des cultes endogènes n’ont pu dissimuler leur déception quant aux événements qui ont assombri le pays lors des législatives du dimanche 28 avril. « Comment pouvons-nous construire ce pays dans la division, la haine, la violence ? », interroge l’un d’eux. Et d’insister que la paix est la condition sine qua non de développement. En tant que Père de la nation, le président Talon doit peser plus dans le retour à la quiétude, pensent-ils. « Un Père ne persiste pas dans la colère contre ses progénitures », ont-ils soutenu. Qu’il fasse alors preuve de clémence envers tous les citoyens emprisonnés dans le cadre desdites élections. Qu’il ramène de l’exil tous les Béninois en fuite. « Afin qu’ils bouchent aussi de leurs doigts les trous de la jarre symbolique du roi Guézo, en vue du développement du pays », ont-ils plaidé.

Purifier le Bénin

Après le ballet des dignitaires, le roi Kpodégbé Toyi Djigla Lanmanfan s’avance. Les portes et fenêtres de la case rectangulaire où reposent les ‘’Assanyin’’ des quinze anciens rois d’Allada s’ouvrent. Dans son mot introductif, il a déploré les pertes en vies humaines enregistrées dans le cadre des dernières élections. « Sacrilège : le sang a coulé ! Du sang a coulé dans le pays de Béhanzin, d’Adjahoutô, d’Akaba… ! ». Il est alors impératif, a-t-il insisté, de purifier la terre béninoise. Pour dire plus jamais ça, la seule solution c’est le dialogue. « Nous devons vivre en symbiose, dans une synergie totale et dans un élan fraternel conjuguer tous nos efforts pour bâtir ce pays », a-t-il alors exhorté, rappelant que la loi fondamentale qui régit ce monde, c’est l’amour. « Il n’y a rien sans problème. Nous devons nous asseoir autour d’une même table et essayer de trouver les solutions idoines à nos problèmes. Il n’y a que de solutions sur cette planète terre. Que nos enfants acceptent la main tendue du Chef de l’État et qu’ils aillent au rendez-vous du lundi prochain (ce jour). Il faut qu’ils répondent présents. La politique de la chaise vide n’est pas indiquée. Même si on est opposant farouche, même si on est jusqu’au-boutiste, même si on est opposant radical c’est le moment d’aller autour de la table, de s’exprimer, de dire ce qu’on veut, car nul ne viendra du dehors pour nous réconcilier jusqu’à preuve du contraire », a prêché le roi Kpodégbé.

Place ensuite aux invocations et offrandes (liqueurs, trois bœufs, kolas…) aux mânes des ancêtres afin qu’elles préservent le Bénin de tout mal. Munis de calebasses remplies d’eau, quatorze hauts dignitaires du culte Vodoun -soit sept de chaque côté du roi- et lui-même aspergent le sol du liquide vital. Un geste exécuté après l’évocation du nom de chaque ancien roi. Kokpon, Avèsou Dangbadja, Dèchada, Midjo, Dako, Djigla, Djihinto, Kanfon,Bèdégla Toyi … ont tous été priés de pacifier le Bénin et d’unir ses fils et filles.

Laisser un commentaire

Top