Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Soupçonné d’être l’auteur du document soustrait à la Cena : La réplique de Freddy Houngbédji

Soupçonné d’être l’auteur du document soustrait à la Cena : La réplique de Freddy Houngbédji

La Commission électorale nationale autonome (Cena) a donné une conférence de presse à son siège à Cotonou le mercredi 13 mars pour réfuter les doutes sur son impartialité. A cette occasion, la presse a interrogé le commissaire Freddy Houngbédji soupçonné d’être celui qui aurait frauduleusement soustrait le document confidentiel produit par le Parti du renouveau démocratique (Prd) que dirige son père. Il a aussi justifié son refus d’ouvrir les cantines de la Cena après la convocation du président de l’institution par la brigade criminelle. Nous vous proposons l’intégralité de sa réponse.

Propos recueillis par Sêmèvo B. AGBON

« Puisque mon nom a été abondamment cité sur les réseaux sociaux, je voudrais que la presse soit informée de quelques faits qui ne relèvent pas du secret de délibération.

J’ai reçu un coup de fil aux environs de 18h 30 de Geneviève Bocco, vice-présidente de la Cena me demandant de venir immédiatement avec les clés des cantines qui m’ont été confiées pour ouvrir les cantines. Je lui ai répondu que cela n’est pas possible dans le climat délétère qui existe dans notre institution à ce jour et qui perdure dans tout le pays. J’ai dit que l’ouverture des cantines ne peut intervenir qu’à la suite d’une décision de la plénière. Vous dites que vous avez reçu convocation du chef de la Brigade criminelle et dans le même temps, une réquisition, vous devez donc convoquer la plénière et dire : « Chers commissaires nous avons reçu une convocation et réquisition d’amener tel dossier. Comment on fait ? » Je vous rappelle que la Cena est quand même censée jouir d’une autonomie réelle par rapport à certaines institutions de l’État y compris l’Exécutif donc y compris le procureur de la république et le chef de la brigade criminelle. Donc c’est à la plénière de se réunir au préalable, de décider s’il convient d’ouvrir ou non la cantine, de décider la méthode qu’elle utiliserait pour ouvrir les cantines puisqu’on parle de documents ou pièces substitués frauduleusement.

Ces documents dont vous parlez et dont le président a exhibé un exemplaire tout à l’heure se trouvent dans les cantines fermées à clef. On me demande moi de venir les ouvrir. Non, je ne veux pas être jeté en prison le lendemain au motif qu’il y a eu de substitution frauduleuse dans la cantine. Donc j’ai demandé que la plénière se réunisse. Au lieu de quoi je reçois le lendemain matin à 7h du matin notification d’une correspondance m’enjoignant de venir à 9h ouvrir les cantines. Je suis membre de la Cena, je suis un commissaire comme les autres. On ne peut pas me donner des injonctions qui ne reposent pas sur une décision prise par l’ensemble. Si quelqu’un m’appelle pour venir ouvrir les cantines je vais venir ? Non, je ne peux pas. J’ai dit que je n’ouvrirais pas tant qu’il n’y aura pas une décision de la plénière qui me demande d’ouvrir les cantines selon une procédure établie, une procédure contradictoire avec la présence d’un huissier de justice. C’est la Brigade criminelle qui a demandé l’ouverture des cantines et vous voulez qu’on prenne comme ça le risque de les ouvrir ? On ne sait pas ce qui va se passer après, raison pour laquelle j’ai refusé. Mais j’ai proposé que la plénière se réunisse, qu’elle décide de l’ouverture et que je ramène les clés, que nous allions ouvrir les cantines et qu’on procède au retrait du dossier demandé par la Brigade criminelle mais en présence d’un huissier de justice. Ça n’a pas été fait. Alors que nous avons tenu aujourd’hui même une plénière la question n’a même pas été évoquée ; peut-être qu’elle ne présente plus aucun intérêt.

Au deuxième point vous m’avez demandé si les pièces produites par le Prd n’ont pas été frauduleusement soustraites par moi et communiquer au Prd. Excusez-moi, je suis présumé être Prd mais je ne l’ai jamais été en réalité. Je ne possède pas de carte du Prd, je n’ai jamais été membre d’aucune de ses structures, membre d’aucune section, membre d’aucune cellule… Je ne suis pas membre du Prd. La présomption est liée au nom, ce n’est quand même pas un crime. Le document que le président de la Cena a exhibé tout à l’heure, non seulement il est dans les cantines mais il est avec tous les commissaires de la Cena. Pourquoi la présomption d’innocence ne s’appliquerait à tous sauf à Fréddy Houngbédji ? Ces documents sont dans les mains de tous les commissaires et ces documents nous ont été produits par des équipes, des agents de la Cena qui ont travaillé à la Cena, qui ont fait des photocopies et qui sont susceptibles d’avoir ces mêmes documents. Vous ne pouvez pas me dire que le document que vous remettez, qui nous garantit que vous ne l’avez pas photocopié ? »

Laisser un commentaire

Top