Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Soutenance de Thèse à l’Uac : Félicien Chédé fait docteur en Agro-climatologie

Soutenance de Thèse à l’Uac : Félicien Chédé fait docteur en Agro-climatologie

Comment les communautés rurales vont-elles bénéficier des services de la météo ? Le Directeur de la climatologie et de l’agrométéorologie à l’Agence nationale de la météorologie (Météo Bénin), Félicien Chédé a abordé la question¸ lundi 16 novembre 2020 à travers sa Thèse de doctorat soutenue à l’Université d’Abomey-Calavi (Uac) sur le thème : « Vicissitudes climatiques et communautés rurales : des réalités scientifiques aux perceptions paysannes au sud-Bénin ». Séduit par le fruit de plus de huit années de recherches, le jury international lui a décerné la Mention Très honorable avec Félicitations.

Par Sêmèvo B. AGBON

Un doctorat à quelques pas de la retraite, pour quoi faire ? Félicien Chédé n’est pas dans la logique de se faire de l’argent. « Il s’agit de laisser quelque chose pour la postérité », répond-il. Ainsi, dans un Bénin où l’agriculture pluviale est socle de développement socioéconomique, il a décidé d’« approfondir les questions de climat particulièrement au sud du Bénin » et « voir dans quelle mesure les travaux scientifiques peuvent davantage aider les communautés rurales ». Il est alors, allé recueillir les perceptions des paysans face aux affres des changements climatiques. Au total, 967 cibles ont été rencontrées : paysans, élus locaux et agents territoriaux de développement agricoles (Atda)… 24 arrondissements de 12 communes ont été parcourus « pour bien apprécier comment les communautés rurales vivent les effets climatiques et les stratégies d’adaptation qu’ils observent actuellement ».

Ce périple l’a convaincu de l’utilité de la météo pour les agriculteurs. Malheureusement, déplore-t-il, « Il s’est avéré que nos prévisions n’ont toujours pas leur sens quand elles ne parviennent pas à temps aux paysans ». Par conséquent, la grosse préoccupation qu’il a traitée se ramène à : comment rendre plus utiles aux populations les prévisions saisonnières émises par Météo Bénin ? Comment les faire parvenir aux cibles dans le délai ?

Si la Météo ne s’occupe que des questions de temps et de climat, elle a donc besoin d’être accompagnée par d’autres services agricoles. « Que les chercheurs du domaine de l’agriculture s’approprient le travail de Météo Bénin pour proposer des variétés adéquates aux paysans. Lorsqu’on dit par exemple que la saison sera très courte cette année, il va falloir que les agents (les chercheurs ayant déjà produit les différentes variétés), puissent mettre à la disposition des paysans les variétés de culture appropriées. En cela nous aurions été tous utiles pour nos communautés. Si nous faisons notre travail et que nous ne sommes pas accompagnés par les autres ou que les paysans ne sont même pas informés, ils vont continuer leurs activités comme d’habitude et auront des rendements toujours faibles. La Météo ne s’occupe que des questions de temps et de climat. Il y a d’autres services qui s’occupent des questions agricoles. Il faut que chacun reste dans son couloir tout en fusionnant les efforts. Ainsi, si la Météo fait des prévisions saisonnières en termes de quantité de pluie, de longueur, de poche de sécheresse…il faut un canal que cela parvienne aux paysans et que les services agricoles proposent les variétés correspondantes auxdites prévisions. Si c’est le soja, ou le niébé ou autre culture qui pourrait donner un bon rendement selon les prévisions saisonnières, il faudra en tenir compte et éviter autre culture qui nécessiterait beaucoup plus d’eau par exemple ». Par conséquent, « il faut travailler en intelligence avec les autres pour aider les paysans », a-t-il conclu. Dans ce sens, le désormais docteur en Agroclimatologie, a fait la proposition d’un cadre de travail avec le secteur agricole. « Le cadre était déjà là de façon informelle, mais il faut le renforcer », a-t-il relevé.

La thèse de 274 pages défendue par visioconférence a été appréciée par un jury diversifié composé du professeur Euloge Ogouwalé, président et de quatre examinateurs à savoir : Constant Houndénou (Uac),  Pierre Camberlin (Université de Franche-Comté-Bourgogne, France), Dr Mbaye Diop (Institut sénégalais de recherches agricoles, Sénégal), Michel Boko (Uac) et Prof Ibouraïma Yabi (Uac).

Laisser un commentaire

Top