Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Soutenance de thèse au Larred-Uac : Les femmes otages des us et coutumes à Kétou

Soutenance de thèse au Larred-Uac : Les femmes otages des us et coutumes à Kétou

« Autonomisation de la femme et héritage culturel dans la commune de Kétou », c’est le sujet de thèse défendu mercredi 26 octobre, Cabiratou Ogoubiyi doctorante de la 17ème promotion du Laboratoire d’analyse et de recherche, Religions, espaces et développement (Larred) de l’Université d’Abomey-Calavi (Uac).

 

LIRE AUSSI : Soutenance de thèse de N’yanwèi Espérance Obonte : La part des pratiques arabo-islamiques dans l’échec scolaire à Djougou

 

La thèse a été évaluée par un jury international présidé par la professeure Sidonie Clarisse Hedible. Il est composé de Prof. Dodji Amouzouvi, directeur de thèse et rapporteur, et trois examinateurs à savoir Prof. Atchrimi Tossou, les docteurs (maitres de Conférences) Joseph Saguy et Kèlèm Tata Padabo.


A l’issue de la soutenance et des échanges, la pertinence et l’actualité du travail de Cabiratou Ogoubiyi ont été unanimement salués. Le jury l’a donc déclarée docteure de l’Uac en Sociologie-anthropologie, mention Très honorable avec félicitations.
De nos jours, les activités socioéconomiques des femmes sont d’une importance capitale. Mais dans la commune de Kétou, cette couche non négligeable fait face quotidiennement au poids des us et coutumes, constate Cabiratou Ogoubiyi. Sa thèse analyse alors l’influence de ces facteurs socioculturels sur l’autonomisation des femmes dans ce milieu. Selon l’une de ces coutumes, les femmes n’ont pas droit à l’héritage foncier.

 

Rejoignez notre forum Telegram pour ne rien rater de l’actualité. Analyses‚ enquêtes‚ exclusivité..ici👉🏿
https://t.me/+w4Ujk6EDhDc2Mzc0

« Les résultats révèlent que l’autonomisation économique est un vecteur du pouvoir des femmes. Cependant, il existe des pesanteurs socioculturelles qui entravent ladite autonomisation laquelle, du reste, est très affectée par la domination masculine sur la femme encore profondément ancrée dans les mœurs de ce milieu »,
En vue d’un développement inclusif, elle débouche sur la recommandation qu’il faut « développer des approches intégrées de gestion des revenus générés par les activités socioéconomiques menées par ces femmes, en vue de les accompagner dans leurs efforts quotidiens d’autopromotion ».
Au cours de l’enquête, l’impétrante a réalisé des entrevues individuelles et des focus group avec 56 femmes et 16 chefs religieux et notables.

Par S. B. AGBON

Laisser un commentaire

Top