Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Station touristique d’Abomey-Calavi : Abimbola tient à une touche professionnelle

Station touristique d’Abomey-Calavi : Abimbola tient à une touche professionnelle

En prélude à l’opérationnalisation effective du Projet « Réinventer la cité lacustre de Ganvié », le Ministre du tourisme, de la culture et des arts, Babalola Jean-Michel Abimbola accompagné d’une délégation du directeur général de l’agence nationale de promotion des patrimoines et du développement du tourisme (ANPT) Edmond Toli, et Directeur du développement du tourisme (DDT), a effectué ce mercredi 1er décembre, une descente à la station touristique d’Abomey-Calavi et sur le site de construction des habitats lacustres témoins à Ganvié. Objectif, échanger avec les autorités communales d’Abomey-Calavi et de So-Ava et les acteurs professionnels (les transporteurs, les hôteliers, les guides touristiques) sur la touche professionnelle que le Gouvernement entend apporter dans le cadre de la mise en tourisme rapide de la station, en attendant le démarrage des autres phases du projet.

Ce jeudi, il s’y est retourné toujours avec les membres de la délégation pour poursuivre les échanges avec les guides locaux sur trois points essentiels. Il s’agit de la réglementation de l’activité des guides accompagnateurs aux côtés des visiteurs ; la modulation des options de la durée du tour sur le site et la situation des commissions occultes prises par certains guides locaux sur les nuitées, la restauration et même sur l’achat des objets d’arts par les touristes sur le site. Une pratique qui, à en croire le Ministre, déstabilisait l’ensemble du dispositif. Au terme des échanges, les interlocuteurs ont compris l’esprit de cette nouvelle réglementation initiée par le Gouvernement et qui entrera bientôt en vigueur. Ils se sont alors engages à la soutenir pour une plus grande attractivité autour du produit Ganvié.

Lire les impressions du Ministre Jean-Michel Abimbola au terme des échanges avec les acteurs professionnels

« Nous avons visité les habitats témoins en construction sur le site de Ganvié et nous avons également inspecté les travaux de mise en tourisme rapide qui ont été effectués au niveau de la station touristique ici à Abomey-Calavi. Comme nous pouvez le remarquer, il y a eu un léger mieux au niveau du cette station en attendant que le projet « réinventer la cité lacustre de Ganvié » ne soit totalement opérationnalisé. Ce Projet qui est un projet phare pour restructurer le tourisme béninois et en faire un axe important de développement, est déjà en cours avec la construction d’habitats témoins et des infrastructures dont les travaux ont déjà commencé et qui vont démarrer. Il s’agit de l’assainissement, de l’addition d’eau, de l’électricité et l’électrification et des infrastructures sociocommunautaire en général. Le produit Ganvié, c’est le bien-être, c’est l’ensemble de la cité qui constitue le projet et le produit. C’est également le bien-vivre et l’assainissement, et le mieux-être de la population de cette cité lacustre qui constitue l’intérêt que le touriste national ou international pourrait avoir. Avant donc le déploiement total de ce projet, nous avons estimé au niveau du Gouvernement et notamment à travers l’ANPT que le visage de la station n’était pas digne. Elle était l’objet de toutes les pratiques. Elle était sale et non sécurisée et il n’y avait pas un minimum d’organisation. Nous avions le ponton qui était également défectueux. Tous ces travaux que nous appelons des travaux de mise en tourisme rapide, ont été donc réalisés.
Nous voulons également amender un certain nombre de comportements noté au niveau des parties prenantes notamment les acteurs professionnels (hôteliers, les transporteurs, les conducteurs et les guides). Raison pour laquelle hier mercredi, après la visite, nous avons fait une séance avec l’ensemble de ces acteurs, notamment les guides de la station pour pouvoir clarifier des points qui étaient en suspens et des points qui donnaient lieu à des interprétations. Le Gouvernement a voulu clarifier trois points essentiels. En premier lieu, il y a des guides sur la station mais les visiteurs peuvent venir également avec des guides accompagnateurs. Mais il semblerait que les guides locaux avaient l’habitude d’empêcher les guides accompagnateurs de travailler sous prétexte qu’ici, c’est une chasse gardée. Nous avons voulu immédiatement clarifier ce point et fait comprendre à nos frères guides locaux qu’ils n’ont pas le droit d’empêcher d’autres de travailler. Il y a une réglementation que nous allons mettre en place pour que tout soit clarifié. Les visiteurs et les touristes qui viennent avec un guide accompagnateur ont le droit de le faire. Et rien ne les oblige à abandonner leur guide accompagnateur pour prendre nécessairement ou obligatoirement un guide local. Évidemment, s’ils le souhaitent, ils peuvent renforcer leur guide accompagnateur par un guide local qui est beaucoup plus spécialisé sur le produit. Nous avons clarifié ce point et dans quelles conditions cela pourrait se passer (…) Nous avons profité de cette situation pour clarifier également la durée du tour, la durée d’une visite à Ganvié. Et nous sommes obligés de mettre des règles pour moduler les différentes options (…) pour que ça ne soit pas lors du tour que les guides obligent les touristes ou leur forcent la main pour pouvoir prendre un peu plus que convenu.
Le troisième point c’est qu’au niveau des acteurs, les hôteliers, les transporteurs, les propriétaires de barque et les guides, il y avait des mal compréhensions au point où il semblerait qu’il y avait comme une commission occulte qui était prise nécessairement sur les nuitées, la restauration et sur les objets d’art achetés par les visiteurs ou les touristes. C’était des pratiques cachées. Nous avons investigué et nous nous sommes rendu compte que ces pratiques déstabilisaient l’ensemble du dispositif. Nous nous sommes entretenu avec les guides qui ont bien compris que cela a amené les hôteliers à leur faire une concurrence. Nous avons donc retravaillé sur ces trois points et les choses semblent être bien comprises. Nous allons suivre de façon très attentive au niveau du ministère et au niveau de l’ANPT et surtout au niveau de la structure privée recrutée pour se charger de l’accueil et de la billetterie ici à la station touristique de Ganvié. »

Par Germain G.

Laisser un commentaire

Top