Vous êtes ici
Accueil > Actualité > STATUE DE L’AMAZONE : Un hymne a la femme beninoise‚ selon le ministre Abimbola

STATUE DE L’AMAZONE : Un hymne a la femme beninoise‚ selon le ministre Abimbola

LA STATUE DE L’AMAZONE : UN HYMNE A LA FEMME BENINOISE

Allocution de Babalola Jean-Michel H. ABIMBOLA

 

Cotonou, le 30 juillet 2022

Monsieur le Président de la République ;
Messieurs les anciens présidents de la République,
Madame la Vice-présidente de la République ;
Mesdames et Messieurs les Présidents des institutions de la République ;
Mesdames et Messieurs les Ministres ;
Excellence Mesdames et Messieurs les chefs de missions diplomatiques ainsi que les représentants des Organisations internationales ;
Honorables Députés à l’Assemblée nationale ;
Mesdames et Messieurs les invités spéciaux ;
Majestés, Têtes couronnées et Responsables religieux ;
Mesdames et Messieurs de la presse ;
Distingués invités, en vos titres, rangs et qualités, Mesdames et Messieurs ;

La zone d’implantation de la majestueuse et splendide statue de l’Amazone est stratégique et s’inscrit parfaitement dans les ambitions du Gouvernement en matière de tourisme et attractivité du territoire.

Cette zone accueille l’aménagement de la voie portuaire, la construction d’un hôtel Sofitel et la rénovation du Centre International des Conférences, la construction de la Cité Ministérielle ainsi que l’aménagement des parcs urbains. Elle constitue ainsi un point d’attraction et de rencontres emblématique contribuant à l’amélioration de l’attractivité de la ville de Cotonou et un atout touristique incontournable. Avant même son inauguration, nous avions eu la preuve de ce que cette esplanade est en passe d’être une référence en matière de pôles d’activités de plein air et de loisirs adaptés à l’évolution des besoins et des attentes des résidents permanents ou occasionnels de la ville de Cotonou.

 

LIRE AUSSI: Patrice Talon : «Les mots courage, bravoure, force‚ combativité et honneur ne sont pas exclusifs au genre masculin»

 

Le projet de conception et de construction du Monument Amazone répond à cet objectif de réappropriation du symbole identitaire fort de la femme béninoise en hommage notamment aux “agodjiés” ou encore aux “minons”, Amazones du Danxomè. Qu’on l’appelle Amazone, agodjié ou minon, c’est une œuvre artistique et architecturale monumentale fabriquée en structure métallique avec une enveloppe en bronze, pesant cent cinquante (150) tonnes hors socle, d’une hauteur de 30m conformément aux servitudes aéroportuaires couvrant le site d’implantation. Par le visage, la posture et les armes de guerre qu’elle porte, elle met en avant non seulement l’esthétique mais aussi les valeurs de courage, de bravoure de ses illustres personnages que constituent les Amazones.

Statue de l'amazone à Cotonou
Statue de l’amazone à Cotonou /©Sêmèvo Bonaventure AGBON

 

 

De savoir qu’il ne s’agit ni d’une légende, ni d’une invention telle que l’ont suscitée les auteurs de la mythologie grecque et qu’au contraire, il est question d’une réalité historique créée par une civilisation noire datant de plusieurs siècles, a souvent suscité grande admiration. En érigeant une statue à la mémoire de ces personnages, c’est l’aura de toutes les femmes du Bénin d’hier et d’aujourd’hui qui est ainsi mise en évidence. C’est leur combat en tant que fille, femme, mère, grand-mère, qui est décrit et mis en perspective. Héroïnes d’un jour, braves aux gestes anonymes ou spectaculaires ancrés dans le marbre, chaque béninoise peut et doit se retrouver dans ce personnage qui, par ailleurs, va inspirer les générations futures.

La sérénité et la détermination que laisse apercevoir cette statue renseignent sur cette force féminine historiquement établie et dont la continuité, avec les nouvelles générations, se nourrit des défis actuels du Bénin. A travers elles, le gouvernement entend célébrer, valoriser et faire admirer la femme béninoise dans toute sa splendeur, qui fait fi de son confort physique, de ses repos et loisirs, de ses plaisirs mondains, pour, hier, défendre les frontières d’un royaume, et, aujourd’hui, défendre celles d’une nation. Qu’elle soit la agodjié intrépide d’hier, la voyageuse infatigable aujourd’hui qui va au-delà de l’Afrique négocier ses affaires ; qu’elle soit la brave aux mille bras à la maison ou la scientifique qui effectue des recherches, la femme célébrée, ici, incarne et unit la diversité de citoyennes et la richesse des horizons et renvoie à un Bénin inscrit dans la modernité.

 

LIRE AUSSI: Patrice Talon : «Moi‚ je suis conscient que je suis un Bio Guera. Je suis conscient que chacun de nous est un Bio Guera»

 

Si Angélique Kidjo, la passionaria de la musique béninoise, affirme que « les femmes africaines constituent une fierté et une beauté qui dépassent tout », alors, l’Amazone, elle, est un personnage à qui le ciel peut offrir l’éternité. D’ailleurs, n’est-elle pas faite, cette statue, pour s’inscrire dans l’éternité ?

Vive la femme béninoise Amazone !
Je vous remercie.

Laisser un commentaire

Top