Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Style rasta : La proie d’une mauvaise perception sociale

Style rasta : La proie d’une mauvaise perception sociale

Style rasta : le renvoi d’un photographe aux cheveux emmêlés d’une église catholique de Cotonou, rappelle la perception généralement négative attachée à cette coiffure. En 2010, deux rastamen pris pour des criminels ont été lynchés à Abomey. Ce qui a fait dire au sociologue Dodji Amouzouvi au micro du journal L’Evénement précis, que « dans l’imaginaire populaire, la coiffure rasta rime avec manifestation du gangstérisme et du banditisme et les gens continuent de penser que c’est des divorcés sociaux qui adoptent cette coiffure ». Ce micro trottoir réalisé hier jeudi à Abomey-Calavi confirme ces propos : tous reconnaissent que le rasta est en proie aux mauvaises interprétations.

Propos recueillis par Raymond FALADE

« Celui qui adopte le style rasta est considéré comme un bandit »

Certaines personnes aiment copier ce qui est venu d’ailleurs. Moi je n’aime pas cela. Si quelqu’un fait quelque chose, je vois d’abord si c’est bon. Si c’est bon, je fais. Si ce n’est pas bon, je ne fais pas. Chacun a son choix. Le rasta, ce sont les Jamaïcains qui ont l’habitude de le faire avec les vedettes, les artistes. Quand quelqu’un fait rasta, pour trouver du travail, c’est un peu difficile sur le plan administratif. Celui qui fait rasta est considéré comme un bandit, un drogué. Si quelqu’un va voir un responsable d’une société pour lui dire qu’il cherche du travail et le propriétaire de la société constate qu’il est rastaman, ou qu’il a des cheveux bizarres, il ne peut pas le prendre. Si moi je suis chef d’entreprise et que quelqu’un vient me voir pour demander du travail, je vais demander son casier judiciaire d’abord. Il doit amener son casier judiciaire. Si je vois que son casier judiciaire est vierge, je vais lui demander aussi s’il fume ou s’il est un alcoolique. S’il a ces genres de comportement, je ne vais pas le prendre.

Pour ce qui concerne le prêtre, je pense que ce n’est pas bon. Si le photographe fait bien son travail et qu’il est rastaman, cela ne pose aucun problème.

 

LIRE AUSSI : [CHRONIQUE] Judas N’est Pas Rasta

 

Chagas Cyprien

« Ceux qui font le style rasta sont dans leur bain »

Ceux qui font rasta savent pourquoi ils le font. Ils sont dans leur bain, dans leur monde. Donc, ils peuvent faire tout ce qu’ils veulent. Moi je fais également ce que je veux et qui me convient. Pour le cas du curé, je pense que celui qui a confié la tâche au photographe sait pourquoi il lui a confié le travail. Donc, si le prêtre est gêné, il doit appeler celui qui a confié la tâche au rastaman et discuter avec lui.

Mardochée

 

« Les gens font rasta pour se faire voir »

Les gens font rasta pour se faire voir. C’est le cas des artistes. Ils le font pour se démarquer des autres et montrer qu’ils font un truc de particulier. Il y en a qui font le choix de laisser leurs cheveux pousser sans les couper pour que les gens voient et les considèrent comme Bob Marley et les autres artistes étrangers. Mais si tu laisses les cheveux pousser, tu dois les entretenir à tout moment. Si tu n’as pas les moyens pour le faire, cela peut te créer des problèmes. Même les femmes entretiennent leurs cheveux. Mais pour moi, en tant que Béninois, nous n’avons pas besoin de faire rasta. Ceux qui le font sont considérés comme des bandits, des délinquants…
On n’a pas besoin de renvoyer quelqu’un de l’église pour ça. Celui qui a fait rasta l’a fait pour lui-même. Cela ne devrait pas gêner quelqu’un.

Modeste

 

« Le style rasta est un look »

Le rasta est un look que chacun choisit de vivre. Comme certains choisissent de raser la tête, d’autres peuvent choisir de laisser leurs cheveux et de les entretenir. Et ce que je sais par rapport aux rastamen, c’est que ce sont des gens qui dépensent beaucoup plus sur les cheveux que ceux qui se coiffent tout le temps. Parce que pour pouvoir être rastaman, il va falloir acheter des produits, nettoyer les cheveux tout le temps et autres. Pour moi, le rasta n’a pas un problème particulièrement dans la vie de quelqu’un ou bien dans la vie d’une entreprise ou encore dans la société dans laquelle nous vivons. Le rastaman n’a pas de problème. C’est vrai, certains prennent cela pour pouvoir faire de la délinquance, jouer de l’influence ; et c’est cela qui répercute sur les autres et on pense que le rastaman est un délinquant, un hors-la-loi qui ne peut pas vivre normalement avec nous. Alors que c’est tout le contraire. Un rastaman c’est un humain comme moi qui a choisi lui de vivre son rasta en laissant ses cheveux.

Pour moi, renvoyer un rastaman de l’église, c’est de l’exagération. Dans nos églises aujourd’hui, les gens ont tendance à vouloir jouer trop les chrétiens, les saints. Les gens qui jouent aux chrétiens dans la journée et font autre chose la nuit. Si un prêtre chasse un rastaman de l’église, cela lui profite en quoi ? Les cheveux ne peuvent pas empêcher les gens de suivre la messe. Moi par exemple, j’aime porter les boucles d’oreille. Mais je ne suis pas un délinquant. Je suis un homme normal. J’adore porter les boucles d’oreille et c’est un plaisir pour moi.

Jules Houndjenoukon

Laisser un commentaire

Top