Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Tournée présidentielle : Savè, Tchaourou et Parakou sous le signe de la paix

Tournée présidentielle : Savè, Tchaourou et Parakou sous le signe de la paix

Un pays prospère ne se définit pas que par de belles routes, une production record du coton ou des marchés modernes construits çà et là. Patrice Talon sait que s’il laisse à la postérité une nation divisée contre elle-même, son holocauste aura été vain. C’est donc un homme sage, soucieux du précieux chantier de la paix que trois villes importantes du centre et nord Bénin ont accueilli. Appel au pardon et à la réconciliation résume, jeudi 12 novembre, ses différents discours à Savè dans le département des collines puis  à Tchaourou et Parakou dans le Borgou.

Par Raymond FALADE

À Savè, première étape de sa tournée nationale, le président Talon a tenu une séance de reddition de compte avec le conseil communal, les autorités politico-administratives, ainsi que les sages et notables. Ferveur, joie, émotion mais surtout langage de vérité, ont caractérisé les échanges que Patrice Talon lui-même a qualifiés de ‹‹directs››. Dans une salle pleine à craqué pour la circonstance, le chef de l’Etat s’est surtout fait le pédagogue  de sa politique.

La visite du président Talon à Savè a bel et bien un sens. ‹‹ Je suis venu ce matin demander pardon. Un enfant bien élevé ne sait que demander pardon quelles que soient les circonstances ›› a-t-il laissé entendre. Une phrase qui a suscité de l’émotion chez l’assistance qui comme un seul homme, s’est levée pour entonner l’hymne national.

Le président Talon a rappelé ses liens avec la commune de Savè pour expliquer que les événements qui se sont déroulés à l’occasion des législatives ne doivent longuement entretenir des divisions. ‹‹ Les événements qui ont pu nous meurtrir par le passé doivent être oubliés ››, a-t-il lancé. Dans sa démarche de reddition de compte, Patrice Talon a enchainé avec la question suivante. ‹‹Estimez-vous néanmoins que le fils pardonné et que vous avez porté à la tête de l’Etat a pu valablement s’acquitter de la mission à lui confiée ?››. Visiblement satisfaite, c’est avec que des d’applaudissements que l’assistance a répondu.

Revenant donc sur le bilan de ses actions, le chef de l’exécutif béninois a remercié les populations pour la gratitude qu’elles témoignent à son égard par rapport aux différentes réalisations et fait remarquer que tout ce qui est fait ici et là est le fruit des efforts de tous les Béninois.

Mais au-delà des infrastructures, le plus important selon Patrice Talon, c’est la capacité à changer les choses. A ce titre, il a exprimé sa satisfaction que le Bénin est déjà dans le changement. En témoignent, les policiers, les douaniers, les enseignants qui font de mieux en mieux leur travail, a-t-il souligné. Expliquant que ce sont de petits changements durables qui finissent par transformer un pays, le président a indiqué que sa prière est que cela dure.

Par la voix de leur porte-parole le maire Denis Oba Chabi, les populations de Savè ont adressé des doléances à leur président. Sur la décision de suppression de l’université de Savè, Patrice Talon a affirmé sans langue de bois, qu’il ne reviendra plus sur ça. Cependant, la ville disposera d’un lycée technique moderne conformément à la nouvelle vision du gouvernement relativement à l’enseignement technique et la formation professionnels.

Dérogeant à son principe de ne pas faire de promesse mais plutôt laisser parler les actes, il a annoncé que le pont de l’okpara sera une réalité, des rues de Savè seront asphaltées. Il s’est également engagé à être l’avocat de la commune de Savè auprès des ministres des Transports et des Finances afin que les redevances relatives au poste de péage et de pesage de Diho dues au titre des années 2019 et 2020 soient payées.

L’autre moment fort de ces échanges est la décision prise par le président de la République, en réponse aux doléances du maire de faire libérer les jeunes natifs de Savè, responsables d’actes répréhensibles lors des événements de mai et juin 2019. ‹‹J’ai pardonné, la République a pardonné  et comme nous sommes une République, le temps que les choses soient faites dans les normes, nos frères seront libres››, a-t-il rassuré.

La question des zones blanches et celle du traitement des chefferies traditionnelles suite à la révision de la Constitution ont été également abordées. Le chef de l’Etat a expliqué à cet effet, les diligences en cours pour les régler.

Le président Talon a souhaité qu’il n’y ait pas de sujets tabous et la séance a été réellement franche sous les regards du préfet Firmin Kouton, du ministre d’Etat Abdoulaye Bio Tchané, des ministres Alain Orounla et Eleonore Yayi Ladekan, native de la commune.

Savè a bénéficié au cours de ce mandat de l’achèvement de l’hôpital de zone, du barrage d’Ayedjoko, du grand  pont de Okpa sur le fleuve Oueme, de la réfection de la route inter Etat Dassa-Parakou, de l’aménagement et du bitumage de la route Ketou -Idigny -Igbodja -Savè et ses bretelles.

Malgré les dispositions prises pour éviter les regroupements, une foule importante s’est déplacée aux abords du lieu de la rencontre pour exprimer son admiration et son soutien au chef de l’Etat. Celui-ci, au moment de se retirer s’est, par respect à ses concitoyens, rapproché pour communier avec eux. Les cris de joie, les exhortations à briguer un second mandat se faisaient entendre de part et d’autre.

Tchaourou et Talon s’engagent pour la paix

Après Savè, la délégation présidentielle a mis le cap sur le département Borgou. Première escale, commune de Tchaourou.

En effet, depuis l’annonce de la tournée nationale du président de la République dans les communes, tous les regards sont tournés vers Tchaourou. Une commune qui s’est particularisée lors des législatives de 2019 par de violentes manifestations.

Mais l’accueil réservé à Patrice Talon a montré que l’image de Tchaourou rebelle est  passée et que la paix est revenue.

Très marqué par les événements qui se sont déroulés dans cette ville, le chef de l’Etat, après les mots de bienvenue du maire de la localité et le message du porte-parole des associations de développement, est entré dans le vif du sujet. ‹‹Moi, j’ai pardonné, la République a pardonné, l’Etat a pardonné. C’est à vous de pardonner maintenant›› a-t-il déclaré. Pour le président Talon, Tchaourou est une ville de convivialité. Il a demandé aux participants à la séance d’être ses porte-parole pour sensibiliser les autres membres de la communauté à la paix. Il en a profité pour délivrer, dans un style propre à lui, une exhortation au patriotisme et à l’esprit républicain. ‹‹Il faut souhaiter que des gens qui ne sont nés dans notre maison soient capables de faire des choses pour nous car quand on n’a plus sa mère mais l’attention de sa tante, on ne peut refuser éternellement de goûter la sauce d’un autre parent›› a conseillé le chef de l’Etat. Et de poursuivre que ‹‹ depuis 5 ans, ma volonté, mon engagement est de faire quelque chose qui complète ce que mes prédécesseurs ont fait ››.

Malgré l’énumération des grandes réalisations de son gouvernement dans la commune, le président Talon a estimé que pas grand-chose n’a été fait à Tchaourou.

Ill a assuré cependant que les mois à venir réservent d’agréables surprises à cette commune parce que bon nombre de projets sont en phase de maturité et pourront démarrer incessamment. Ainsi, s’il peut comprendre d’éventuelles frustrations, il a rassuré que les chantiers n’ont pas été lancés en classant les communes et soutient que celui qui sait attendre finit par avoir le meilleur car l’expérience des premiers permet de parfaire. Fort de cet engagement, le président Talon a promis de revenir à Tchaourou parcourir la commune quartier par quartier, pour s’assurer que le message de réconciliation est passé et que place est désormais faite au développement.

Cerise sur le gâteau, l’hôte des sages, notables et conseil communal de Tchaourou a annoncé la mise en place d’un comité comprenant le maire, et d’autres forces vives de la commune qui va se rendre à Cotonou afin de planifier et d’établir un chronogramme de ce qu’il reste à faire dans l’urgence pour la commune. Le président s’est aussi engagé, pour donner suite aux doléances, à mener une action, faire un geste à l’endroit des victimes ou auteurs des heurts de 2019. Et cela fera partie des sujets à discuter avec le comité.

Par ailleurs, en réaction à une préoccupation, Patrice Talon a expliqué la nécessité de faire des efforts pour que le grand nombre ait accès aux services de base et à surtout indiqué qu’il n’est pas concevable pour un pays pauvre comme le nôtre, de se contenter d’applaudir des richesses individuelles et isolées. Chaque Béninois doit être riche de ce qu’il fait, a-t-il déclaré.

Tchaourou et le chef de l’Etat ont ainsi entamé un nouveau départ, pour la réconciliation avec comme témoin privilégié l’ancien ministre Dramane Karim à qui le président a rendu un hommage appuyé.

L’étape de Parakou…

C’est à Parakou dans la cité du Kobourou que le président Talon a bouclé la première journée de sa tournée. Dans une liesse populaire, hommes, femmes, jeunes et vieux sont  massivement sortis pour accueillir leur hôte comme un digne fils du territoire. Ceci en reconnaissance aux différentes réalisations dont a bénéficié la commune surtout en matière de l’eau, électricité et infrastructures routières.

Pour le président Talon, si Parakou a définitivement réglé le problème d’eau potable aujourd’hui, c’est grâce aux parakois. Car, ils ont cru en lui, ils ont cru en sa politique de gestion et ça a payé.

Patrice Talon en homme de paix a demandé à cette occasion aux  sages et notables de Parakou à travailler pour sa réconciliation avec son prédécesseur Boni Yayi. ‹‹Boni Yayi et moi étions comme de petit frère et grand frère » a-t-il laissé entendre.

Le président Talon a aussi rassuré les participants à la séance de ce que « le ministre de l’intérieur fera tout ce qu’il faut pour que les mécontents reçoivent leur récépissé ››. ‹‹Nous allons faire tout ce qu’il faut pour que les grands partis politiques prennent part aux élections à venir » a-t-il martelé.

 

Laisser un commentaire

Top