Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Tournée présidentielle : Talon ferme sur les bornes du pardon

Tournée présidentielle : Talon ferme sur les bornes du pardon

Après une pause, Patrice Talon a repris, vendredi 20 novembre sa tournée dans les villes du pays. Lors de son passage, Bantè et Ouèssè ont plaidé en faveur de leurs fils en exil et en prison pour diverses raisons. Mais, ferme, le Chef de l’Etat a été quant à la reddition des comptes.

Par Raymond FALADE

Sur la liste des doléances à l’endroit du président Talon lors de sa visite à Bantè, figure une préoccupation particulière. Les populations par la voix de leur porte-parole, le maire Edmond Babalèkon Laourou, ont imploré l’indulgence du chef de l’Etat pour Ie ‹‹retour au pays de tous les fils éloignés de leur pays notamment Komi Koutché. Ce qui  va améliorer selon elles, ‹‹le climat de paix dans le pays››.

Pédagogique et très ouvert sur cette doléance, Patrice Talon a assuré que le Bénin ne jettera aucun de ses fils mais veut que chacun se corrige. ‹‹Ayons le courage de dénoncer ce qui n’est pas bien. Komi Koutché est un ami mais qui s’est retrouvé en exil parce qu’on lui a demandé de rendre compte de sa gestion au Fnm…›› a-t-il rappelé. Et de se demander ‹‹pourquoi les douaniers sont radiés, des directeurs punis et que d’autres ne doivent pas être touchés ?›› ‹‹Ma volonté est qu’il revienne pour répondre de ce qu’on lui reproche. S’il est innocent, il sera blanchi ou condamné en cas de faute››. Toutefois, ‹‹le pardon existe›› a rassuré Patrice Talon. Pour le chef de l’Etat, nous n’avons pas le droit de dire que personne ne doit répondre de ce qu’il a fait.

Sur le même sujet des ‹‹fils éloignés de leur pays›› évoqué par le maire de Bantè, le président Talon a fait des clarifications. ‹‹Ce que nous demandons est que ceux qui sont en exil rentrent. Nous devons apprendre à répondre de ce qu’on a fait et demander pardon… Si chacun peut répondre de ses actes devant la justice, les responsables actuels se garderont de tomber dans les mêmes travers. Personne n’est banni, ni rejeté. Chacun a sa place au Bénin dans la paix et la réconciliation si tant est qu’ils sont prêts à changer.›› a-t-il confié. La question paraît très importante aux yeux du président de la République qui a conscientisé l’assistance sur son rôle. ‹‹Ma façon de contribuer à la renaissance est d’utiliser le pouvoir que la Constitution me donne pendant que je suis encore là de pardonner.›› Pour lui, ‹‹Ces choses ne doivent pas nous empêcher de nous réconcilier.››

Ouèssè plaide la libération du Dg David Babalola

Lors de sa visite à Ouèssè le samedi 21 novembre, le maire de la commune Ibidoun Firmin Akpo a formulé une doléance particulière à l’endroit de leur hôte Patrice Talon. L’autorité communale a plaidé pour la libération de David Babalola ancien directeur général de la Soneb et fils de la localité condamné pour des faits de mauvaise gestion d’une entreprise d’Etat.

Mais avant, il a adressé au président Talon ses félicitations fraternelles pour le chantier de réconciliation lancé à Save; car pour lui, Ouessè est une victime collatérale des événements de 2019. ‹‹Cet acte fait de vous un grand homme de l’histoire de notre pays››, a-t-il déclaré. Il a aussi remercié le chef de l’Etat pour la grâce accordée à ceux qui étaient impliqués dans les heurts de 2019.

Les appels à l’indulgence du président Patrice Talon pour la libération de certains béninois incarcérés pour mauvaise gestion de bien public se multiplient dans le pays. À cela s’ajoute des plaidoyers pour le retour au pays des compatriotes en exil pour une raison ou une autre.

Le président Talon quant à lui, soutient que chacun doit apprendre à répondre de ses actes même si  ‹‹ le pardon existe››. Pour bon nombre de béninois, la réconciliation et la paix voulues par le chef de l’Etat doivent passer par des réponses favorables à ces doléances.

 

Laisser un commentaire

Top