Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Transformation structurelle de l’économie béninoise : La Banque mondiale recommande trois pistes

Transformation structurelle de l’économie béninoise : La Banque mondiale recommande trois pistes

La Banque mondiale appelle le Bénin à « investir dans de nouveaux moteurs de croissance susceptibles d’augmenter la productivité du travail et de créer des emplois de qualité pour sa main-d’œuvre, en particulier pour les jeunes et les femmes ». Elle a formulé cette recommandation à l’issue du Mémorandum économique Pays du Bénin publié mardi 1er mars.

Par Sêmèvo Bonaventure AGBON

Valorisation du capital humain et de la qualité du marché du travail pour augmenter la productivité ; amélioration des infrastructures et des services de transports ; et diversification des exportations ainsi que le renforcement des échanges régionaux. Ce sont les trois pistes que la Banque mondiale indique pour une transformation structurelle de l’économie béninoise.

Dans le rapport intitulé « Accélérer l’élan de croissance et créer de meilleurs emplois », l’institution financière observe que, « Bien que la croissance économique ait augmenté pour atteindre en moyenne 5,1 % par an au cours de la dernière décennie, positionnant le pays comme l’une des économies montantes de la région, elle ne s’est pas traduite par une augmentation significative de la productivité du travail et reste volatile ». Elle n’a non plus entraîné une augmentation suffisante du revenu par habitant lorsqu’on analyse les dix dernières années. « En effet, si le revenu réel par habitant du pays a augmenté, rattrapant l’écart avec la moyenne régionale, le taux moyen de 2,2 % entre 2011 et 2019, il reste insuffisant pour solidifier les acquis et gravir les échelons ver une économie à revenu intermédiaire de la tranche supérieure ».

Économiste à la Banque mondiale, Nathalie Picarelli est la rédactrice principale du rapport avec Xun Yan. « Pour poursuivre le chemin et se solidifier comme une économie à revenu intermédiaire, l’économie béninoise doit pouvoir maintenir l’élan de croissance réussi ces dernières années », a-t-elle déclaré. Et d’indiquer trois pistes, à savoir « Approfondir les réformes en faveur du développement du capital humain, soutenir les infrastructures et les services, et intégrer plus efficacement l’économie dans les échanges mondiaux…»

Le rapport analyse aussi les modèles de croissance économique du Bénin afin de dégager les principaux moteurs et de repérer les limites du modèle de croissance actuel, renseigne le communiqué. « Il apporte des éléments de réponses aux questions telles que : comment le Bénin peut-il saisir les dividendes de croissance de sa transition démographique ? Comment de meilleures infrastructures et services de transport peuvent-ils alimenter la croissance et la transformation économique ? Le commerce peut-il accroître la compétitivité du secteur privé et la diversification économique ? », lit-on.
« En améliorant les infrastructures et les services de transport pour mieux relier les personnes et les marchés, réduire la distance économique, et créer des économies d’agglomération, le pays pourra devenir plus compétitif dans la région », souligne Daniel Benitez, économiste principal en transport et un des auteurs du rapport cité dans le communiqué. « Cela va de pair avec la diversification des exportations, la modernisation du commerce de transit informel et le renforcement de l’écosystème nécessaire au développement d’un secteur exportateur plus compétitif », ajoute-t-il. Avis partagé par Atou Seck, responsable des opérations de la Banque mondiale pour le Bénin. Il croit que « Le modèle économique actuel du Bénin mérite d’être soutenu en profondeur, avec des réformes structurelles robustes pour produire une croissance génératrice de productivité du travail et d’emplois de qualité ».

Pour rappel, le Bénin est officiellement passé du statut de pays à faible revenu à celui de pays à revenu intermédiaire de la tranche inférieure en 2020. Le rapport 2022 s’appuie sur le précédent datant de 2009 et des rapports analytiques récents mettant l’accent sur la période 2011-2019.

 

Laisser un commentaire

Top