Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Udbn : Des fumées sans feu…

Udbn : Des fumées sans feu…

Que se passe-t-il au sein du parti politique ‘’Union démocratique pour un Bénin nouveau’’ (Udbn) présidé par Claudine Afiavi Prudencio ? Crise ou peut-on se fier à l’argument d’assainissement ?

L’on sait juste que tout a commencé avec la décision n°0001/BEN/PDTE/09/19 du lundi 2 août 2019. Quatre militants, à savoir Alignon Bocco Igor, Onidje Modeste, Olga Aina et Ahodi Gabriel ont été radiés. Ce que la direction justifie comme une sanction contre des « militants instables », qui se sont illustrés par des comportements contraires aux textes de ladite formation. Une indiscipline, plus précisément caractérisée par des « réunions secrètes régulières pour peaufiner des stratégies pensant à déstabiliser les bases du parti Udbn ; notamment en « chantant » sans cesse aux militants à la bases, … que l’Udbn était parti pour ne jamais obtenir son existence juridique, mettant ainsi certains de nos militants dans la psychose ».

Alors que cette décision était en vulgarisation à travers médias et réseaux sociaux, un courrier adressé à la présidente Prudencio fuse. Son objet : « Lettre de démission de tous les élus de l’Udbn ». ¨Parmi les signataires au nombre de douze, les quatre radiés supra mentionnés. Contrairement à la version de la direction, il s’agirait selon eux, d’une décision volontaire de démission du parti pour fustiger des « attaques politiques sur les réseaux sociaux pour créer la suspicion, contre-vérités et amalgames » dont ils sont la cible, jurant avoir été longtemps loyaux envers le parti. « Depuis plus de 10 ans, nous servons notre parti Udbn avec fierté. C’est un honneur. C’est une responsabilité. »

La contre-attaque du parti ne s’est pas fait attendre. Sa cellule de communication est revenue à la charge à travers un communiqué pour marteler qu’il n’’il n’y a pas de démission à l’Udbn. C’est, à l’en croire, « les intéressés (radiés) et leurs sbires (qui) multiplient des manœuvres malsaines visant à semer la confusion sur le sens et la portée de ladite décision. » Et de conclure qu’« il n’y pas de crise à l’UDBN et il n’est question de quelque vague de démissions que ce soit. Il s’est agi plutôt d’un assainissement ordinaire comme cela devrait se faire au sein de tout parti politique sérieux attaché au respect des textes et des normes ». Par conséquent, « Les documents diffusés sur les réseaux sociaux pour faire croire à l’opinion qu’il y aurait une vague de démissions à l’Udbn n’ont aucune valeur, aucune base logique et juridique ; ils ne constituent que des montages précipitamment orchestrés pour tenter de brouiller le message d’assurance et de grande crédibilité que les instances dirigeantes ont adressé aux militants Udbn convaincus à travers la décision de radiation de ces militants restés longtemps en conflit avec les textes du parti et qui s’obstinaient persévérer dans les déviances et des actes d’ingratitude notoire ».

Différente son de cloche difficile à démêler donc. Faut-il attendre ou espérer que les militants « sanctionnés » contredisent à nouveau la cellule de communication du parti ? Loin s’en faut ! Qu’il s’agisse de tempête ou de simple mesures d’assainissement, il ne reste que l’Udbn soit soudé, calme et s’apprête convenablement pour les joutes électorales en vue.

Par S. B. AGBON

Laisser un commentaire

Top