Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Université d’Abomey-Calavi : L’Ong Alcrer fait des sentinelles contre le harcèlement sexuel

Université d’Abomey-Calavi : L’Ong Alcrer fait des sentinelles contre le harcèlement sexuel

Venue des différentes facultés et départements de l’Université d’Abomey-Calavi, une cinquantaine d’étudiantes ont bénéficié du 29 au 30 octobre, d’une formation sur les mécanismes de déclenchement de la répression du harcèlement sexuel en milieu universitaire.

Organisée dans le cadre de la mise en œuvre des activités du « Projet de Renforcement des Capacités des Femmes à Déclencher les mécanismes de Répression du Harcèlement Sexuel au Bénin (Drhas) » avec l’appui de l’Ambassade du Canada au Bénin à travers le Fonds Canadien d’Initiatives Locales (Fcil), elle vise à faire des participantes des sentinelles contre le harcèlement sexuel en milieu universitaire. Dans ses propos à l’occasion, le Directeur Exécutif de l’Ong Alcrer a rappelé que cette activité revêt une importance capitale dans la mobilisation contre le phénomène dont les conséquences, multiples et de divers ordres, freinent le plein épanouissement des jeunes filles étudiantes et entrave la réalisation de leur potentiel. « Le harcèlement sexuel a de graves répercussions psychologiques sur les victimes d’où la nécessité de se mobiliser pour dénoncer ses auteurs en vue de leur sanction », a-t-il expliqué avant d’inviter les participantes à s’engager résolument dans ce combat aux côtés de l’Ong Alcrer.

Abondant dans le même sens, la Présidente du Conseil d’Administration de l’Ong Alcrer, Rufine Agbo s’est réjoui de l’intérêt manifesté par les participantes pour cette formation axée sur les voies et moyens à employer pour combattre efficacement le fléau du harcèlement sexuel au Bénin. « Tant que vous habillez de pudeur le phénomène et manifestez de la peur, le phénomène va se poursuivre. Il faut briser le tabou en dénonçant les auteurs du harcèlement sexuel au sein de nos universités. L’Ong Alcrer est à vos côtés » a-t-elle recommandé.

Présente à cette session de formation, la Coordonnatrice du Fcil au Bénin, Mme Ginette Bonou a salué l’engagement de l’Ong Alcrer et félicité les participantes pour leur mobilisation. En rappelant que le Canada s’investit dans la promotion des droits humains en général et des femmes en particulier depuis une trentaine d’années au Bénin, elle a formulé le vœu de voir les participantes contribuer à l’atteinte des objectifs poursuivis par le projet à travers leur engagement dans la lutte contre le harcèlement sexuel au Bénin.

Par Armand DANNOU

 

Laisser un commentaire

Top