Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Violences basées sur le genre (Vbg) : Un plan de riposte au profit de l’Atlantique

Violences basées sur le genre (Vbg) : Un plan de riposte au profit de l’Atlantique

Les cas de Violences basées sur le genre (Vbg) enregistrés dans le département de l’Atlantique ont fait réagir le gouvernement. A travers le ministère des Affaires sociales et de la microfinance, il a élaboré un plan de riposte qui regroupe une quinzaine d’activités à mener en bloc dans le département. La cérémonie de lancement officiel desdites activités s’est déroulée le jeudi 15 septembre à la mairie d’Abomey-Calavi.

Par Raymond FALADE

Le plan de riposte en question regroupe une quinzaine d’activités. Elles visent le renforcement du système départemental de protection sociale, la prévention des Vbg, la prise en charge et d’autonomisation des victimes ainsi que la veille permanente pour la dénonciation et la répression des auteurs.

 

LIRE AUSSI : Lutte contre les Vbg et avortements clandestins : Abomey-Calavi dans le viseur du groupe Jfad

 

Conformément aux directives du ministre des Affaires sociales et de la microfinance Véronique Tognifodé, il est prévu dans le plan de riposte, la tenue d’une dizaine d’ateliers d’échanges pour la synergie d’actions entre les acteurs de prise en charge et ceux communautaires pour une meilleure synergie d’actions; d’un atelier de renforcement de capacités des huit (08) Conseils consultatifs communaux des enfants et du Conseil consultatif départemental qui sera sanctionné par la validation des feuilles de route communaux et de la feuille de route départementale de protection des enfants par les enfants à travers le développement des capacités d’autoprotection; de la tenue de 62 assemblées villageoises afin de l’adhésion de près d’un millier de leaders communautaires à la lutte contre les Vbg à travers l’abandon des pratiques de règlement à l’amiable et le recours aux procédures opérationnelles standards; du renforcement de capacités des membres des bureaux d’Associations de parents d’élèves de 20 collèges publics et l’initiative “école des parents” qui consistera à animer 2 fois par mois dans lesdits collèges, une séance de renforcement des compétences parentales en matière de vie familiale apaisée, d’éducation, d’encadrement et de suivi des enfants; de l’animation de 1200 séances de sensibilisation par des “hommes engagés dans la lutte contre les Vbg” à l’endroit de 30 000 personnes; de l’animation de 50 séances de sensibilisation dans les écoles primaires et collèges et enfin, du déploiement du dispositif des Centre de promotion sociale (Cps) dans les villages éloignés des centres villes afin d’offrir aux populations vulnérables et aux victimes de Vbg non connues du système, des services d’accueil, d’identification et de prise en charge de proximité.

 

LIRE AUSSI : Violences basées sur le genre : Tognifodé associe les élues du Borgou-Alibori à la lutte

 

Cette série d’activités a démarré le jeudi 15 septembre 2022 dans les communes d’Abomey-Calavi et de Tori et se poursuivra dans les huit (08) communes de l’Atlantique pour une réduction drastique des Vbg.

Lors de la cérémonie, Nadège Ahoga, directrice départementale des Affaires sociales et de la microfinance a indiqué que le ministère a conscience de la situation relative aux Vbg dans le département. Elle a fait savoir que ces actions initiées viennent s’ajouter à celles habituellement menées par les agents en service dans les différentes communes et permettront de renforcer le dispositif de lutte contre ces Vbg. Elle a réitéré la détermination du ministre à travailler davantage pour la réduction des Vbg dans tout le Bénin.

Laisser un commentaire

Top