Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Soutenance de thèse au Larred-Uac : Osséni Soubérou révèle « le marché du Vodun Thron » à Ouidah

Soutenance de thèse au Larred-Uac : Osséni Soubérou révèle « le marché du Vodun Thron » à Ouidah

Vodun Thron, Ouidah Bénin

Il y a marchandisation des croyances et pratiques autour du Vodun Thron à Ouidah, croit Osséni Soubérou. Jeudi 27 octobre, il a soutenu avec succès une thèse de doctorat descriptive, diachronique et analytique intitulée « Le marché du Vodun Thron à Ouidah au Bénin » pour le compte de la 17ème promotion du Laboratoire d’analyse et de recherche, Religions, espaces et développement (Larred-Uac) dirigé par le professeur titulaire Dodji Amouzouvi.

Par Sêmèvo Bonaventure AGBON

Si « La religion comme business prend tout son sens autour du Vodun Thron à Ouidah », quelles sont les mutations sociales et culturelles qui expliquent ce fait ? Quelles sont les motivations des acteurs présents sur ce « marché du Vodun Thron » ?

La thèse de Osséni Soubérou analyse « l’usage économique marchand des croyances et pratiques autour du Vodun Thron à Ouidah » au Sud du Bénin.

Dans sa présentation devant le jury, l’impétrant décrit « les stratégies » de mobilisation de l’argent et les profits développées par les acteurs religieux (dignitaires du Vodun Thron) vis-à-vis des acteurs sociaux. Elles vont des « messes » à l’occasion desquelles sont exactement organisées des quêtes « comme cela se fait à l’occasion des messes catholiques ou évangéliques » ; aux dons et actions de grâce.

La messe au sein du Vodun Thron serait initiée par Hounnongan Papa Djrado « suivie par d’autres » dignitaires avant de devenir « aujourd’hui … une pratique très répandue ».

LIRE AUSSI: Soutenance de thèse au Larred-Uac : François Zinsou lève l’équivoque sur le profil du guérisseur en milieu adja

Osséni Soubérou ne se contente pas que d’affirmations à propos d’une thématique aussi sensible comme religion et économie. Il rapporte du terrain des statistiques assez édifiantes qui corroborent l’effectivité de la marchandisation des croyances et pratiques autour du Vodun Thron à Ouidah. Il a par exemple, observé pendant 10 jours la fréquentation au niveau d’un temple de Thron sis à Ouidah.

Durant cette période, le chercheur a compté 154 usagers. Les uns vont « pour prier en payant en moyenne 1000F pour les frais de consultation », les autres pour effectuer des sacrifices et consultations. Ce qui a permis audit temple Thron de réaliser une recette chiffrée à 200 000 F, a-t-il illustré.

Valeurs marchandes

De la typologie des acteurs du marché du Vodun Thron à Ouidah qu’il a présentée, il ressort que la ville de Cotonou -qui compte moins de temples du Vodun Thron que Ouidah- et d’autres villes comme Abomey-Calavi, Porto-Novo, Abomey, Comè et Grand-Popo fournissent le plus grand nombre de « clients » (50,42%).

Les autres clients proviennent de Ouidah (24,28%) ; d’Afrique (Togo, Nigéria, Ghana, Côte d’Ivoire, Gabon, Cameroun, Guinée Equatoriale…) 17,36% ; et d’autres continents (Europe et Amérique : France, Belgique, Italie, Brésil…) qui fournissent 7,94% du marché du Vodun Thron à Ouidah.

La majorité écrasante de ces clients ont souvent entre 30 et 60 ans. La sollicitation d’une initiation, révèle Osséni Soubérou dans sa thèse, peut coûter à leur poche trente-mille deux cent francs (30. 200 F), y compris l’achat de produits rituels (colas rouges et colas blanches, poudres, bougies, tissu blanc et poulets).

Osséni Soubérou a rencontré lors de ses travaux, soixante-quatre (64) informateurs par la technique d’échantillonnage par jugement de valeurs à priori et celle de l’échantillonnage par réseaux.

« A partir d’une perspective interactionniste et avec des théories associées telles que la représentation sociale et la déviance, cette recherche montre que le marché du Vodun Thron, est une co-construction des acteurs sociaux et religieux ».

Ce marché, poursuit l’impétrant, « se révèle socialement, culturellement et même politiquement enchâssé » et « concentre la présence de plusieurs acteurs avec des motivations différentes ».

LIRE AUSSIInvention de la Boologie : Vers un mélange en hommage à Feu Prof. Jean-Marie Apovo

Dans sa thèse, Osséni Soubérou relève surtout l’intensification de la marchandisation. « La forte présence de l’argent dans cette arène pousse les différents acteurs à développer plusieurs stratégies et logiques qui visent davantage l’accumulation de profit dans un environnement fécond d’offre et de la demande ». Ce qui le conduit à la conclusion que «  La religion comme business prend tout son sens autour du Vodun Thron à Ouidah ».

Jury

« A Cotonou il n’y a pas beaucoup de temples du Vodun Thron. Mais à Ouidah il y en a beaucoup », a affirmé l’impétrant. « Pourquoi c’est comme ça ? », l’a interrogé le président du jury, professeur Thierry Azonhè. « Lorsque vous sortez de Cotonou, il y a moins de regards », va-t-il expliquer pour renchérir les clarifications du thésard.

A l’arrivée, Osséni Soubérou a obtenu la mention Très honorable avec les félicitations du jury. Il a donc été élevé au grade de docteur en Sociologie-anthropologie. Les professeurs Edinam Kola, Joseph Tshigbe et le Dr (Mc) Karl Nassi ont été les examinateurs.

Ses travaux ont été menés sous la direction du professeur titulaire Dodji Amouzouvi.

Vodun Thron, Ouidah Bénin
Le Prof. Dodji Amouzouvi porte la toge au nouveau docteur

Laisser un commentaire

Top