Vous êtes ici
Accueil > Actualité > W. Houngbédji à propos des infractions liées au genre : «Nous ne visons pas les enseignants»

W. Houngbédji à propos des infractions liées au genre : «Nous ne visons pas les enseignants»

Au cours de la rencontre du chef de l’état avec les parlementaires dans la salle rouge du palais des congrès le jeudi 23 septembre 2021‚ le Président a déclaré que « Si un enseignant tombe amoureux de son élève ou de son étudiante, qu’il change de classe, d’école, d’amphi ou démissionne. Les filles doivent mériter leurs notes et avoir la paix du cœur pour étudier ». Ces propos ont laissé croire à l’opinion publique que la loi vise uniquement les enseignants.
Ainsi ce mercredi 29 septembre lors de la rencontre hebdomadaire avec les professionnels des médias, le porte-parole du gouvernement a tenu à mettre les pendules à l’heure face à une telle stigmatisation dont est victime gratuitement la corporation enseignante.
Pour Wilfried Houngbedji, cette loi est de portée générale.

Toutefois même si les pesanteurs socio-culturels militent en faveur de l’homme et placent la gente féminine sous violence, le gouvernement veut inverser la tendance.

C’est donc une loi qui vise l’émancipation de la femme Béninoise soutient le conférencier.
Les enseignants devraient être rassurés, en faite nous tous, les hommes nous concernés‚ a-t-il conclu.
Faut-il le rappeler le conclave hebdomadaire des ministres du 29 septembre a acté au titre des mesures normatives, la transmission à l’Assemblée nationale, pour examen et vote, du projet de loi portant dispositions spéciales de répression des infractions commises à raison du genre et de protection de la femme en République du Bénin.
Les regards sont donc tournés vers le palais des gouverneurs pour voir enfin les représentants du peuple lors de l’examen ,associer les acteurs de la société civile et surtout la chefferie traditionnelle.

Par Samuel HOUNDJO (Crystal news)

Laisser un commentaire

Top