Vous êtes ici
Accueil > Actualité > « ZÉRO CHICOTE À L’ÉCOLE : L’assassinat de tout un peuple en préparation ! » (Tribune du Past. Franck Hounsa)

« ZÉRO CHICOTE À L’ÉCOLE : L’assassinat de tout un peuple en préparation ! » (Tribune du Past. Franck Hounsa)

Pourquoi ne nous laissons-nous pas enseigner par l’évidence ?

Il y eu un temps en occident (XVIIe siècle) où les grandes remises en question ont commencé. Les hommes devraient vivre plus libres. Personne ne devrait plus être le gardien de l’autre. Et chacun devrait avoir le « droit » de faire ce qui lui semble bon. Les idées ayant des conséquences, la chose est descendue progressivement au niveau de l’éduction des enfants. Désormais on ne devait plus fouetter les enfants au risque de porter « atteinte à leur psychologie » et à leur « amour propre ». Je ne sais plus trop entre l’école et la maison le lieu où le châtiment corporel a été interdit pour la première fois mais je présume que ce serait à l’école (Il est plus facile de prendre une loi pour interdire tout cela). Aujourd’hui en occident, un fils peut faire emprisonner son géniteur pour l’avoir fouetté ! Où est l’autorité parentale dans ce cas ? Et ceci ne nous enseigne rien !

Parents et maîtres étaient des éducateurs. Pas des inconscients

Même aujourd’hui, on peut encore assister à une scène où le père d’un enfant en le fouettant lui brise le crâne à coup de bâton. Mais hormis les cas d’accident, aucun être humain en possession de tous ces sens ne peut décider de fouetter un enfant comme une bestiole. L’amour prend toujours ou presque le dessus. L’autre aspect est que tous s’accordaient que l’enfant soit corrigé et donc quand un parent commence par dépasser les bornes dans la correction qu’il administre à son enfant, c’est toute la maisonnée qui venait au secours du pauvre enfant. Présenter donc la chicote comme l’élément à éliminer à tout prix dans l’éducation est plus un acte de rébellion contre Dieu que de protection de l’enfant (La folie est attachée au cœur de l’enfant; La verge de la correction l’éloignera de lui. Proverbes 22 :15 LSG ». De plus c’est une insulte gratuite à nos parents encore vivants et à la mémoire de nos grands parents ! Non non. Arrêtez tout de suite. Ils n’étaient pas des animaux. Ils avaient un cerveau et réfléchissaient bien. Autrement ils nous auraient tous éliminés à coup de fouet !

Puis le copier/coller commence progressivement en Afrique.

D’abord, on ne devrait plus crier sur les élèves (il y a une part de vérité en cela bien que tout ne soit pas vrai), ensuite vint la fameuse phrase : « Châtiments corporels abat ! » Je devrais être en seconde ou en première quand je l’ai entendue pour la première fois mais la chose a tellement pris de l’ampleur qu’il y a maintenant une loi qui interdit que l’éducateur lève la main sur l’apprenant. Non seulement il ne doit pas crier sur lui, mais pas même des tapes dans la paume de la main, encore moins des punitions comme « chauve-souris ». Maintenant qui est le tout puissant ? L’enfant ! Celui-là même qu’on est censé éduquer, c’est lui qui débarque et dit fièrement en face de son éducateur : « Monsieur, l’Etat a déjà interdit le châtiment corporel ». Puis l’Etat lui-même va jusqu’à mettre en prison un enseignant parce qu’il a frappé un apprenant ! Allons-y… La dernière fois, j’ai appris qu’un élève a fait visiter le ventre de son professeur (une dame) par un méchant coup de point avant de récupérer son téléphone saisi quelques minutes plus tôt par cette dernière pour cause de tricherie … Allons-y ! Voilà une très bonne manière de préserver l’autorité de l’enseignant n’est-ce pas ?

Une descente aux enfers savamment orchestrée et inexorablement en marche

On y vient et la machine est en marche. Aujourd’hui, refuser à un adolescent de 16 ans en occident de sortir boire avec ses amis peut aboutir à deux choses. Soit il sort de la maison en guise de rébellion, soit il se tire une balle dans la tête. Pourquoi ? Parce que ce n’est pas quand l’enfant est grand qu’on le conduit sur le droit chemin. Voici ce que dit l’Ecriture : « Instruis l’enfant selon la voie qu’il doit suivre; Et quand il sera vieux, il ne s’en détournera pas. Proverbes 22 :6 LSG ». Quand on se rebelle contre Dieu on ne fait les choses qu’à la renverse. Quand la fillette de quinze ans dira qu’elle doit sortir avec sa camarade qu’elle va appeler femme ou mari, ce n’est pas là qu’il fallait la corriger. C’est lorsqu’à dix ans elle a commencé par regarder de la pornographie lesbienne à l’école ou à la maison qu’il fallait déjà la corriger en lui parlant et en la fouettant s’il le faut. N’avez-vous pas appris que l’âge de consentement pour les relations sexuelles avec une fille passe à treize ans désormais en France ? Autrement dit si vous violez une fillette de 13 ans et vous lui payez des pourboires pour qu’elle accepte qu’elle fût consentante, eh bien, vous pouvez rentrer vous raser la tête ! On y vient. Les destructeurs ont leurs plans qu’ils exécutent pour démonter pièce après pièce tous les fondements de la morale Et toi chrétien, tu les soutiens n’est-ce pas ? C’est toi le chantre de « Châtiment corporel abat ». Continue ! Quand tes propres enfants finiront avec un doctorat en gangstérisme tu sauras qu’il n’y a pas pire folie que lancer une épée à double tranchantes en l’air et prétendre l’attraper avec sa bouche !

Merci pour l’attention

Je suis, Le très remonté
Houètèhou C. Franck HOUNSA
Votre serviteur.

Laisser un commentaire

Top