Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Zéro piraterie dans les eaux béninoises : Deux options militaires imposées aux navires

Zéro piraterie dans les eaux béninoises : Deux options militaires imposées aux navires

Grâce aux concertations entre le président Talon et les spécialistes, le Bénin vient d’inaugurer deux solutions pour en finir avec la piraterie en mer.

Par S. B. AGBON

Navires en direction du Bénin, pour votre sécurité, vous devez désormais avoir une équipe de protection embarquée ou, à défaut, vous faire protéger par l’armée béninoise. Telle est la trouvaille du président Talon et les milieux spécialisés. Une décision déjà formalisée par un décret pour plus d’autorité. Autrement, ledit décret impose aux navires en direction du Bénin d’avoir à leur bord durant la traversée des océans, une unité armée à même de les défendre en mer ; ou s’ils n’en ont pas, ils doivent avertir les responsables du Port autonome de Cotonou afin qu’une équipe armée aille à leur rencontre à la lisière des eaux béninoises pour les conduire sereinement jusqu’au port.

Dans ce sens, le président Talon qui a pris à bras le corps le problème de la piraterie maritime, a tenu, mercredi 13 mai en marge du Conseil des Ministres, une séance de travail avec la direction générale du Port autonome de Cotonou, les responsables de l’Armée béninoise et les dirigeants des armateurs présents sur la plateforme cotonoise. Ils ont été sensibilisés sur la nécessité de mettre en œuvre cette mesure à laquelle ils ont exprimé leur adhésion. L’Etat prendra ses responsabilités pour l’atteinte de l’objectif « zéro acte de piraterie dans nos eaux », les a rassurés le Chef de l’Etat.

La dernière incursion des « délinquants des mers » au Bénin remonte au samedi 2 novembre 2019. Neuf marins du navire Bonita ont été pris en otage et n’ont été libérés qu’après 35 jours de captivité au Nigéria, a annoncé, lundi 9 décembre de la même année, la compagnie norvégienne qui a affrété le navire.

Laisser un commentaire

Top