Vous êtes ici
Accueil > Société > Transhumance au Bénin : Une structure affectée à la sécurisation

Transhumance au Bénin : Une structure affectée à la sécurisation

Le gouvernement est préoccupé par la question de la transhumance au Bénin. Les activités de transhumance sont pour la plupart du temps sources de conflits permanents entre les éleveurs et les agriculteurs, avec des conséquences souvent dramatiques. Ce qui crée également des pertes importantes de cultures et de bétail.

En conseil des ministres le mercredi 14 octobre, l’Exécutif a annoncé de nouvelles modalités de gestion et de sécurisation du pâturage. Selon le gouvernement, il s’avère ‹‹urgent de réorganiser ce modèle d’élevage pour préserver la sécurité des acteurs et de leurs biens, en contenant notamment les mouvements des bêtes dans les départements et communes››. Le conseil a donc adopté un décret instituant un Comité national de gestion et de sécurisation du pâturage, chargé de la mise en œuvre du Plan national d’orientation et de développement des activités pastorales. Cette structure, précise le conseil, est dotée de démembrements aux niveaux départemental et communal ainsi que d’un comité technique. Elle aura pour missions de ‹‹préparer, mettre en couvre et suivre les activités de gestion du pâturage ; de prévenir les conflits entre éleveurs et agriculteurs et de participer au règlement diligent des conflits éventuels. Les ministres concernés ont été invités à veiller au fonctionnement effectif des différents comités dédiés à la gestion de cette problématique.

Par S. B. AGBON

Laisser un commentaire

Top