Vous êtes ici
Accueil > Actualité > « Comprendre le Fâ » : Une œuvre de déconstruction et de revalorisation saluée

« Comprendre le Fâ » : Une œuvre de déconstruction et de revalorisation saluée

La deuxième édition du livre « Comprendre le Fâ » (revue et corrigée), a été lancée, dimanche 6 décembre à l’hôtel Djidjoho de Maria-Gléta à Abomey-Calavi. Cet ouvrage du Bokonon Kpéyi enrichit la littérature sur le Fâ et déconstruit nombre de préjugés tendant à le diaboliser.

Par Sêmèvo Bonaventure AGBON

A travers « Comprendre le Fâ », c’est un sachant qui parle. En effet, il a appris les arcanes du Fâ pendant plus de 21 ans auprès de son père lui-même Bokonon. Il peut donc parler efficacement de cette géomancie du Golfe de Guinée.

L’auteur, Edmond Agbassè (Dah Kpéyi) a fait le bon casting quant au présentateur de l’ouvrage, en la personne du professeur Coovi Raymond Assogba, Maître de Conférences des Universités/ Cames, Boologue, Sociologue-Anthropologue et Expert en Spiritualité du Développement. Ce dernier a relevé que deux défis président à la publication du 1er tome de ce livre dont l’objectif est de « modifier la conception négative du Fâ qu’on aura serinée dans la conscience de chacun, en même temps que d’offrir des clefs à chacun de reconstruire ses comportements pour une vie « heureuse et prospère ». Ces défis sont, d’abord, la nécessité d’enrichir la littérature sur le Fâ. Et en la matière, Dah Kpéyi « emprunte le même itinéraire que ses aînés qui ont déjà écrit sur le même objet culturel du Fâ : Remy  HOUNWANOU et Mahougnon Kakpo ; si le premier est un classique qui fut l’un des premiers auteurs à recueillir les données sur le Fâ, le second, actuel ministre de l’éducation secondaire, technique et professionnel dans l’actuel gouvernement, a fait inscrire au programme de troisième du premier cycle, son livre intitulé La naissance du Fâ, l’enfant qui parle du ventre de sa mère. Ensuite, vient le défi « que constituent les Eglises, presque toutes les dénominations confondues qui s’attaquent au Fâ, et qui diabolise cette identité internationale du Béninois. L’explication de leur détestation du Fâ est donnée dans la préface : elles sont « importée » c’est-à-dire les églises ; elles sont des « kamikazes aveugles » ; elles sont comparées à l’essence « kpayo » lorsque celle-ci déclenche un incendie : brûler tout sur son passage. Ces églises, dont le nombre avoisine 5.000 dans la seule ville de Cotonou, ont créé une atmosphère dite « culturicide » c’est-à-dire génocidaire de culture, assassins de l’identité béninoise ».

Ce 1er tome de « Comprendre le Fâ » comporte entre autres, l’origine du Fâ, les légendes de 16 figures symboliques ou Fâ-Du (signes mères),  et bien d’autres informations utiles sur le Fâ. « Dans l’introduction générale, Daa Kpéyi, a présenté le contenu de Fâ comme un paquet de « 256 signes dont 16 maisons » utilisés pour fouiller « le passé », orienter le « présent », et lire « l’avenir » tout en recherchant les solutions aux problèmes prospectés. L’utilité du Fâ pour les populations a été ressortie : pendant les sécheresses à surmonter, les guerres gagnées et les confusions décryptées, entres autres événements », a décrit professeur Coovi Raymond Assogba.

« Choc »

Ce qui a enfin ému le présentateur, c’est de noter que l’auteur provoque un « choc », en soutenant dans l’ouvrage que « Connaissance », « Sagesse » et « Guérison » sont en réalité les trois besoins fondamentaux de toute vie humaine. « Dans les annales scientifiques d’enseignement universitaire, les pensées d’emprunt occidentales nous ont toujours servi à enseigner aux étudiants que l’homme n’a que des besoins suivants : manger, se loger, se sécuriser, sexualiser et se transporter ; c’est la base de l’approche des politiques publiques de développement appuyées par le Fonds monétaire International (FMI) et la Banque mondiale (BM). Daa Kpéyi offre une pensée de renouvellement de l’enseignement sur les politiques publiques nationales, en nous rappelant que dans la pensée du Vodùn dont le Fâ est le vecteur, les véritables besoins sont : Connaissance, sagesse et guérison. Voici les trois piliers de la Kabbale du Vodùn».

L’événement du lancement, qui a drainé un monde fou de Bokonon, d’amis et d’intellectuels, a vu lancer également les versions anglaise (Understand The Fâ) et audio du même ouvrage.

Laisser un commentaire

Top